Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 novembre 2005 4 10 /11 /novembre /2005 00:00

J’ai foiré la soupe chinoise. Encore. Qu’est ce que j’ai d’une chinoise moi ? La tête bridée.

J’aurais aimé t’y inviter. Pourquoi tu n’es pas venu ? Ma voisine y était. Tu te rappelles ? Celle de la jupe. Les hommes oublient tout.

La soupe était quasi nauséeuse. Non. Écœurante. Pire. Emétique. Elle a vomi un sourire. Mes papilles en étaient répugnées.  Elle continue à sourire. Son mari non. Dire à quel point une femme est forte en simulation.

Je l’ai foirée. Je vis. Et si je meurs demain ? Jamais je ne saurai que tu m’as aimée. Non.
Encore cet arrêt. Même heure. Toujours au rendez vous. A te voir, on dirait que tout dans ta vie est calculé. Je n’aime pas les gens ponctuels.

Le bus vient toujours à temps. Serait-ce un ponctuel ? Je n’aime pas attendre. J’aime faire attendre. Tout vient à point à qui sait attendre.

J’attends toujours. Le bus. Le boucher. Le facteur. Les factures. Le dentiste. J’ai peur des dentistes. On passe sa vie à attendre. La mort. On l’attend, tout comme on attend le bus. Le bus vient toujours à temps. C’est un ponctuel. Je n’aime pas les ponctuels.
Hier est parti. Hier n’est plus. Hier est mort. En se réveillant ce matin, en s’habillant, en sortant de chez soi, on a tous fait un pas de plus vers notre rendez-vous inconnu.

Certains l’ont rencontré aux escaliers, d’autres en conduisant. Il y’en a ceux qui ne se sont  pas réveillés. Thanatos travaille même les soirs et les jours fériés. Comme les caissiers et les réceptionnistes. J’ai toujours rêvé d’être caissière.

Je n’ai jamais été forte en maths. Mon père était schizophrène. Je crois que c’est lié. J’ai grandi en croyant que j’étais une fée. Mon père me donnait des ailes pour voler. Tu aimes Red Bull toi ? Trop acide pour moi.

Mon père est mort. J’avais 10, non 10 ans et demi. Je crois que j’avais 15 ans. Peu importe. Il est mort point. Depuis, je n’ai plus d’ailes.

Tu lui ressembles beaucoup. Ses neurones étaient bousillés, mais ce fut un homme intelligent. Le délire rongeait son cerveau. Conviction inébranlable. Il croyait qu’il était une montre électronique. Il m’a toujours dit qu’il était né d’une Mercedes. Apparemment les Mercedes sont hermaphrodites. Tu penses ? Il est né d’une voiture blanche. Il avait comme mission de promouvoir la paix dans le monde. Le blanc. Couleur de la paix. Tu as un cheveu blanc. Tu as quel âge ? Les femmes n’aiment pas parler de leur âge. Elles ont peur de vieillir. Nous sommes tous vieux.

Mon père disait que ma mère s’est noyée dans une baignoire. Elle n’a pas pu résister. Les montres anciennes ne résistaient pas à l’eau. Je n’ai pas connu ma montre maternelle. C’est pour cela que je n’aime pas attendre. Je n’aime pas les gens ponctuels.

Mon père. Il n’aimait pas attendre. Il a choisi lui-même quand et où croiser Thanatos. Les railles d’un train. Il a été broyé.

Je suis triste. Tu le vois. Tu l’ignores. Ton air glacial me tue. Tu réponds. Tu oses répondre à un appel téléphonique alors que je te parle, en silence. Mais le silence lui-même, a quelque chose à taire…

Tu lui souris. Alors c’est une femme. J’avais raison. J’ai toujours raison.

Tiens. Le bus est venu. Déjà. Je te vois demain si je foire ma soupe.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Manal 22/12/2005 15:31

Alhamdoulilah, J'ai toujours mes parents, et je ne suis pas du tout en manque d'affection ;-)

ALIOUATE 19/12/2005 21:32

DEAR MANAL
Permets moi de revenir sur ton dernier commentaire...
Meme si tu dis que que le personnage est fictif et que l'arret du bus est imagé par toi pour les besoins de ton évasion selon ton inspirattion,je voudrai que tu me confirme que t'as tj tes parents vivants,que t'as bien connu ta mere qui n'est pas morte, ni ton pere d'ailleurs quand t'avais dix ou quinze ans....
Si c'est le cas ,tu me vois rougir de ma naivité gravissime...qui m'a fait croire a de reels etats d'ame d'une étudiante en mal de compagnie et d'affaction a laquelle j'ai voulu offrir la mienne toute entiere.
C'est que alors, tes dons de romancières sont confirmés et ont été tres troublants pour moi.
En tout cas, seule ou en super agréable compagnie,meme debordante d'affection a ne plus savoir quoi en faire,la mienne t'es acquise pour de bon...et tu ne me trouveras que plus admiratif...
salut a toi ... moi j'atteds

Manal 07/12/2005 20:34

Je croyais t’avoir répondu ailleurs…mais me voilà…je te réponds sur ce post aussi.
Merci d’avoir lu « la sphère et le carré », c’est une suite de répliques qui me traversent l’esprit de façon saccadée ou continue, il en résulte ce mélange bizarre de phrases qui sautent du coq à l’âne et qui parlent de tout ou de rien, le personnage qui parle me plaît beaucoup. Une sphère.
Je tiens à te préciser que ce n’est pas moi ;-), je n’attends pas le bus tous les jours. Et je brise le silence quand cela me chante, quand quelqu’un me plaît, je ne reste pas prisonnière de scrupules, je l’exprime et je le dis.
Mais le personnage de ce récit est tellement attachant qu’il me plait beaucoup. Les phrases sont miennes, ce sont peut être des expressions que j’utilise dans la vie de tous les jours, mais l’harmonisation de ces idées a fait un cocktail qui ne me correspond pas, mais qui colle parfaitement à ce personnage que j’ai inventé ;-)
L’histoire continue, de temps en temps, une idée me vient, je la vomis quelque part et je l’oublie, je reviens la lire quelques jours plutard, je l’efface, ou je la garde, j’en ris ou j’en pleure.
Ce post est bien inscrit dans la catégorie « mes histoires » parce que j’aime bien écrire de temps en temps. Style d’écolière de primaire, mais je l’aime bien…

« Je me sens petit et febril en te lisant;j'ai meme eu la chaire de poule et quelques frissons accompagnés de coulées de larmes tiedes,tu sais ces attitudes qui vous donnent envie de caser votre tete tendrement sur l'épaule de l'autre ,ton épaule, pour s'apaiser soit meme et apporter un tant soit peu de réconfort a l'autre. » tes mots me touchent beaucoup…
Merci pour tout ce que tu as dit, pour ce que tu continues à me dire. Merci pour tout.

« Je n'ai qu'un seul mais énorme regret c'est de ne pouvoir te rencontrer et te reconforter comme j'aurai aimé le faire ,et pouvoir t'entourer de toute l'affection dont tu as me semble t'il beaucoup manqué. »
Euh… je ne pense pas que ces palabres me soient adressées, je n’ai jamais manqué d’affection ;-)

« C'est dommage que quelques années nous séparent » nous sommes bien tous les deux en 2005 ;-), n’est ce pas ?

aliouate 06/12/2005 21:38

Manal
ou as-tu disparu ?
Reviens vite nous t'attendons..

Aliouate 26/11/2005 16:59

Coucou,me revoilou...
Apres avoir bu ta replique sur les Roubayates,j'étais tellement bien chez toi et avec toi que je me suis laisser aller a flaner sur ton blog et dans toutes ses rubriques...Mon dieu quelle belle promenade...quel enrichissement !quel plaisir...je te l'ai dis ailleurs,mais qu'est ce qu'on est bien dans ton havre de paix et en ton agréable compagnie!oui je sais je me repete et ca peut paraitre lourd et rébarbatif mais ce n'est que de l'extase et du plaisir...Une ballade joyeuse mais quand meme quelque peu éprouvante par tout ce qui nous envahi et nous submerge dans un coktail de sentiments de toutes sortes.
Je suis ravi de mes découverte meme les plus consternantes car elles auront au moins le mérire de me rapprocher encore un peu plus de toi.
Quelle personnalité...je suis scotché a mon tour ..vraiment bloffé par tes histoires et le peu de voile que tu oses pudiquement lever sur ta vie ,ta réalité ,les vagues de désirs qui te font tonguer au grés de leurs flus et reflus,au grès de tes états d'ame et de ton quotidien basique.
A toi l'échorchée jetée dans la solitude a l'age ou les enfants jouent encore a la poupée dans une totale inconscience,a toi docteur qui a su soigner ses propres maux et panser ses blessures,a toi la solitaire assoiffée de bonne compagnie au point de rever de prince charmant hypotéquaire renconcontré a l'arret du bus,a toi l'ecrivain et le narrateur de choc et de charme,a toi LA GRANDE MANAL je tire mon chapeau bas.Tu m'eblouis de plus en plus et me séduit au fure et a mesure de mes visites chez toi.Tu es tres attachante dans ton passé,réaliste meme si tu parait un peu romantique dans ton present,forte, tres forte meme et croyante dans ton avenir et ton devenir que je te souhaite aussi claire et limide que tes ecrits.Quelqu'un te predit un avenir d'ecrivain de polards,mais moi je te vois ou tu veux etre sans limites car tu peux etre capable de tout.
Je me sens petit et febril en te lisant;j'ai meme eu la chaire de poule et quelques frissons accompagnés de coulées de larmes tiedes,tu sais ces attitudes qui vous donnent envie de caser votre tete tendrement sur l'épaule de l'autre ,ton épaule, pour s'apaiser soit meme et apporter un tant soit peu de réconfort a l'autre.
Voila ce que je veux...ce que je veux pour toi...
Je suis fier de ton courage,fier de ta réussite et tres serein quand a ton avenir qui ne sera que bonheur dans la réussite.
Je n'ai qu'un seul mais énorme regret c'est de ne pouvoir te rencontrer et te reconforter comme j'aurai aimé le faire ,et pouvoir t'entourer de toute l'affection dont tu as me semble t'il beaucoup manqué.C'est dommage que quelques années nous séparent,si non j'aurai empreinté tous les chemins menant vers ce fameux arret de bus ne serait-ce que pour t'admirer platoniquement dans tes reveries devant cette personne tant désirée par toi et qui ne t'y prete meme pas attention,le bougre ...Qu'est ce que j'aurai donné moi pour etre cette YLYSSE qui a le bonheure d'avoir une PENELOPE comme toi qui scrute son retour a l'arret du bus...Qu'est ce que j'aurai souhaité te voir rater tes soupes chinoises pour nous gratifier encore et encore de tes recits encerceleurs et captivants;
Aujourd'hui je considère que tu ne loges plus seule dans une piole de quelques metres carrés,non tu habites mon grands coeur ,cajolée et calinée comme il se doit ,et comme tu le mérites si bien...Surtout ne courtises plus les moustiquettes de ton voisin insensible a tes charmes et a ta reelle valeure,mouve toi dans les cours des grands de ton especes,celles des princes et des rois car dès cet instant, je t'élie reine de mon coeur a
jamais...et je t'aimerai toujours meme quand tu livreras ton coeur pour l'éternité a son heureux et béni élu.Oui je t'aimerai.....pour toujours
Bien a toi
BN : je suis encore jeune et débutant en web et je ne sais encore pas comment faire pour te laisser une attache;ca viendra mais en attendant des que tu sens le besoin de me parler ,tu n'as qua te chatouiller n'importe ou et je te sentirais et je repondrais rapidement a ton appel pour n'importe quelle raison.D'ailleurs moi j'habite dorénavant dans ton blog.