Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2005 6 26 /02 /février /2005 00:00

 Pour ceux qui ne le connaissent pas encore, il n’ont qu’à taper « Hakim Belabbes » sur google, pour avoir toutes les informations qu’ils veulent sur ce jeune réalisateur marocain, qui illumine le ciel de notre cinéma… Son premier long métrage, « Les fibres de l’âme », est pour moi, une vraie masterpiece ! j’étais charmée.. j’ai vu ce film plus de 4 fois, la deuxième fois que je l’ai vu, voilà ce que mes méninges ont pondu… c’est assez médiocre, y a encore des choses à détailler… à chaque fois que je revoyais le film, je découvrais quelque chose de nouveau…

« Il a fermé ses yeux, puis il a observé ce que sa mémoire lui a offert. Des moments de son enfance, des souvenirs ancrés à jamais dans son esprit, des personnages qu’il a rencontrés, ou qu’il a cru avoir rencontré, des évènements qui l’ont marqués….
Des images ont défilé, l’une après l’autre, dans un désordre majestueux, mariant chagrins et pleurs, exprimant une tristesse sereine, ou une victoire placide.
Six histoires, ou plutôt un rêve d’un petit enfant prospectant un moment de vérité.
Six vies en une seule, pour arriver enfin à cette seule et unique vérité, où Thanatos l’emporte sur Eros.
Une fin, la vraie fin, la seule et unique fin ; et c’est là où son histoire commence.
                  Poussé pas cette effroyable thanatophobie, « Hakim Belabbes » nous invite à partager ses peurs et à les affronter avec lui. Il nous offre son esprit, et nous emmène dans ce long voyage, où mystère et mystique convergent.
Guidés par « Me Hnia » -comme il préfère l’appeler-, nous ne faisons que suivre un chemin tracé des années à l’avance, redécouvert sous un nouveau regard.
Une journée ordinaire dans cette petite ville de Boujad, illustrant la forte présence de ses événements dans la mémoire de l’auteur, une présence qui a forgé sa force au fil des jours, devenant même terriblement envahissante.
Une invitation chaleureuse,  mais qui, malheureusement, n’a pas été applaudie par un grand nombre de voyageurs.
                Pour ceux qui se sont embarqués, c’était un jour, une vie, ou simplement six histoires. C’était un rêve, ou une réalité, ou plutôt quelque chose entre les deux. C’était un moment de plaisir amer, où le chagrin s’est accaparé  du trône.
                 Pour moi, c’était une nouvelle personne que j’ai connue, mais qui me restera toujours inconnue, avec des énigmes interminables, reliées par les fibres de l’âme. »

 



Partager cet article

Repost 0

commentaires

yassaad 27/02/2005 20:44

magnifique, n'est ce pas ???
personnellement je ne connais "hakim" qu'à travers toi...manal...et je suis maintenant certain que c'est un monsieur exceptionnel.j'ai hate de faire sa connaissance.
courage.

NB:
* je me répéterais si je te dis que j'aime beaucoup ton style?
*tu peut très bien emmerder ceux qui temmerdent ;-)