Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2006 5 10 /03 /mars /2006 00:34

J’étais en retard…comme d’habitude. Eh oui, autant le confesser ;-).
J’ai vainement cherché où stationner ma voiture, mission impossible ! J’ai fait le tour de toutes les ruelles du coin, pas moyen de trouver une place.
L’aire de la culpabilité commençait à sécréter son humeur… tu devais sortir plutôt, tu devais prévoir ce genre de situations, tu ne vas jamais apprendre de tes erreurs…quand tout à coup, mes auto flagellations furent interrompues ! UNE PLACE.
Une petite foule de gens entre deux voitures, je klaxonne, personne ne réagit !!! Je fonce pour mieux me faire entendre. Je stationne en pensant au chemin que je devrais faire en courant pour ne pas passer pour la ridicule du service…et là, un homme me pointe du doigt et s’approche petit à petit de la voiture.
Je descends.
« La voilà ! »
Toutes mes réflexions furent interrompues. Toute la foule me regardait.
J’ai eu quand même la lucidité de remarquer qu’il y’avait une femme par terre !
Un chemin s’est frayé spontanément pour que je puisse passer. J’avais toujours du mal à réaliser ce qui se passait, quand le fameux bonhomme s’approcha encore plus de moi…
« Dr, on a besoin de votre aide ! »
Je compris alors que le caducée affiché sur le par brise de ma voiture indiquait bien que j’étais médecin…
C’est la première fois qu’on fait appel à mes connaissances médicales dans la rue… Je devais afficher un air serein, alors qu’au fond je stressais grave. Je ne savais pas à quoi m’attendre. Je n’ai rien sur moi qui puisse m’aider à faire quelconque diagnostic, je devais me contenter de ce que j’avais en tête…
Je m’approche. Une jeune femme est dans les pommes. Ils essaient de la réveiller depuis quelques minutes, aucune réponse.
Ça peut être tout et n’importe quoi, mais quelque chose m’orientait vers une pathologie bien précise…j’avais ma petite idée, mais fallait bien éliminer les urgences. Elle respire spontanément, son rythme cardiaque est normal.
J’essaie de l’appeler. Aucune réponse. Je passe donc à la vitesse supérieure. Et avec mes petites mains d’une fillette de 4 ans, je donne deux petits coups secs au niveau de la glabelle de la dame. Ses paupières comment à bouger. Je donne encore deux petits coups secs, je l’appelle, elle ouvrit les yeux…
Les gens me regardèrent d’un air impressionné ! Waw !
Je lui prends la main, je lui parle doucement, j’essaie de la rassurer. Je fais rapidement mon enquête pour éliminer certains diagnostics… Elle se confie à moi, puis me demande d’appeler une copine à elle. Sa copine vient la chercher après quelques minutes.
Je pars en courant à ma réunion, laissant derrière moi un flot de remerciements et de prières...
C’est la première fois qu’on m’interpelle dans la rue en tant que médecin…heureusement que j’ai assuré ;-) 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

yassir 10/04/2006 12:56

pas mal mais pas d urgences au maroc chez les filles c la grande crise H pour rien du tt et bravo
merci les calcibronattttttes....

Amine JBILOU 14/03/2006 23:52

Chapeau Manal .. Je tiens aussi a te feleciter pour ton blog , bien que des fois, reflete l'etat frustrant des hopitaux marocains mais je reste quand meme impressionné et des fois touché par les faits que tu relates et surtout aussi par la fluidité de ton style descriptif ;)
Bon courage avec Essor ..

Vogon (cf H2G2 :P) 13/03/2006 11:37

héhé Bravo ! Tu t'en est bien tirée ! Et une bonne excuse pr le retard en plus :P

hbenbrahim 13/03/2006 03:02

merci manal pour ce post , je te dis tout simplement que tu as bien réussi ton DEVOIR et j'en suis fier.
devant ce genre de situations, il ne faut pas oublier de retirer les appreils dentaires de la bouche du malade  s'ils existent . car souvent ils bloquent  la respiration buccale s'ils sont instables..

Manal 12/03/2006 21:34

Nez>> c’est quoi ton idée ;-) Med Ya>> cf. en haut ;-) Medlykos>> pas vraiment mon vieux, puisque je suis née il y’a bien des années :p, non sérieux j’ai pas senti que c’était ma naissance médicale, mais ma sensation était un peu différente qu’au sein de l’hosto. Merci pour ton passage.