Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mai 2005 4 19 /05 /mai /2005 00:00

J’ai été appelée par un copain à la dernière minute pour assister à un dîner débat sur la décision médicale… j’étais fatiguée, je devais bosser pleins de trucs, mais je n’ai pas pu dire non, puisque le débat allait être animé par Le grand Pr Said Balafrej, prof de chirurgie viscérale au sein de notre CHU.

Je suis arrivée un peu en retard, vu que j’étais avisée tard…

La Décision médicale, chose à laquelle est et sera confronté tout médecin exerçant dans le publique ou dans le privé… pratique quotidienne inspirée par le raisonnement et par l’intuition du praticien, car en quelque sorte, l’intuition est un raisonnement développé, et le raisonnement est une intuition enveloppé…

Impliquer le malade dans la décision thérapeutique était un point important du débat, nos malades ont le droit de savoir, de comprendre ce qu’on va leur faire, mais est ce que  le fait des les informer n’est pas plus anxiogène qu’autre chose ?

Toute décision doit être prise en tenant compte en premier lieu de l’intérêt du malade, mais aucune ne pourra être appliquée sans son consentement.

Le débat était très enrichissant surtout qu’il était illustré par des cas cliniques de la pratique quotidienne où la décision n’est pas toujours facile.

Il faut savoir prendre le risque de décider et assumer son choix, tout en respectant l’éthique et le consentement du malade…à défaut, le médecin doit faire appel à sa conscience avant sa science pour ne pas nuire à son patient…

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Moh 21/05/2005 19:21

Merci pour le scoop Manal!
Tu as de la chance d’étudier et être exposée aux réalités de tous les jours là même ou n’y va que si on a vraiment mal. Je vois que tu as déjà le cap sur la bonne direction ou les horizons bien que très agites restent quand même prometteurs.
Le centre de débat ne se doit jamais dévier du sujet en question: le patient. Depuis le consentement informé du patient, revue des options, la seconde ou même troisième opinion, le pros et con de chaque option, la loupe re remet jusqu’a ce que l’option qui convient le mieux au patient est identifiée. La décision finale appartient au malade. Le médecin n’est qu’un scout dévoué totalement à la disposition du patient. Cela se faire sous tous les cieux, quelque soient les moyens dont on disposse. Il m’est difficile d’accepter les choses autrement!
Keep your eye on the ball and dare to be different.
Bonne chance dans ta carrière Manal.
Moh

Manal 21/05/2005 01:11

Pour tout t’avouer, j’y suis allée beaucoup plus pour le prof qui allait animer la conférence que pour le sujet lui-même. Certes, c’est un sujet très intéressant, mais quand c’est Pr Balafrej qui intervient, ça l’est encore plus…
Je m’explique, j’ai passé mon stage de chirurgie dans son service, et je peux te dire que ce passage restera gravé dans ma mémoire à jamais… j’étais charmée par son charisme et sa modestie, c’est un chef de service digne de ce nom, il s’intéresse beaucoup à la formation de ses étudiants, il est toujours à l’écoute, il fait de son mieux pour faire travailler son équipe dans une ambiance de famille.
Quoique je dise, je ne pourrai pas décrire ce que ce professeur représente pour tous les étudiants en médecine de Rabat…
La décision médicale, pour être brève : j’ai eu encore une fois la trouille de ma vie !!! C’est une vraie responsabilité. Quand on est encore étudiant, plongé dans ses bouquins, encore en phase d’apprentissage, on ne mesure pas le poids de la responsabilité qui nous attend…
On pratique un métier stressant, où on n’a pas droit à l’erreur, une faute peut coûter une vie…
Et donc, prendre une décision médicale ne peut être que extrêmement difficile…
De toute façon, on est obligé de le faire, donc comment faut il la prendre ? Le bagage scientifique qu’on accumule durant nos années d’étude et notre petite expérience au sein du CHU, y sont pour beaucoup. En effet, la décision médicale est le fruit d’un raisonnement bien ficelé qui réduit le risque, et permet d’agir en fonction de ce qui est the best pour le patient. Mais il ne faut pas omettre d’impliquer le malade dans des décisions, surtout quand elles sont lourdes.
Il ne faut pas avoir peur, ni essayer d’esquiver… la décision il faut la prendre. Le courage de le faire naît d’une assurance acquise au fil des années…
La conférence était très agréable, et grâce aux exemples discutés, j’ai pu profiter de l’expérience des anciens dans la prise de décision…
Une chose est sure : il me reste beaucoup à apprendre…
Merci pour ton commentaire… n’hésite pas de me revisiter…

Moh 21/05/2005 00:38

dis moi manal, qu'est ce que Manal a vraiment retenu de cette confersnce? ca m'interesse. J'aime ta fraicheur d'ame.
Moh:))

slimch 20/05/2005 20:54

balafrej...no comment...
je suis sure qu c'était trés interessant
bisou