Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mai 2005 4 26 /05 /mai /2005 00:00

Lors de mon stage de psychiatrie en 5ème année, j’étais affectée au secteur fermé hommes !!

Je vous raconte pas, j’ai eu la trouille de ma vie quand je l’ai su, déjà je ne savais pas à quoi ça pouvait ressembler…

Chaque jeudi, on avait un malade à présenter, je devais donc, voir mon malade lundi et mardi pour être prête pour jeudi.

Le premier jour, je débarque… on me donne un nom de malade : C.K !

Je vais voir l’infirmier responsable pour lui dire de m’appeler le malade pour que je puisse lui parler ; surpris, il me regarde d’un air moqueur et me demande de le suivre…

Et je le suis, on s’arrête devant une grande porte en fer rouillé, il sort un poignet de sa poche, et l’ouvre…

On prend un long couloir, obscur pour arriver devant une autre porte, très sale…

Il l’ouvre avec son poignet, me demande de rentrer et ferme la porte derrière lui…

A peine j’ai eu le temps de me tourner, j’ai trouvé tous les internés autour de moi… j’ai eu la trouille de ma vie, je ne savais plus quoi faire, alors j’ai appelé le nom que j’avais : CK ! un homme faisant 180 cm, a surgi de nulle part pour me dire : houa ana a douktoura !!! Son visage était balafré, il avait un regard agressif, il dégageait une colère inexplicable…

Il s’est approché de moi… j’ai eu putainement peur, je me suis retournée, j’ai frappé à la porte derrière mon dos avec toutes mes forces, je l’ai regardé dans les yeux deux secondes, et je lui ai dit : je reviens demain !!!

J’avais plus envie de revenir, j’ai eu très peur… mes copains du stage m’ont dit clairement : Manal, on t’aime beaucoup ; elmossamaha…

J’appréhendais le moment où j’allais le voir, je ne savais pas comment je devais me comporter, je ne savais ce qu’il avait, avec les paranos faut pas rigoler, avec les psychopathes, sauve qui peut, avec les schizophrènes, c’est limite… dire que je devais faire le diagnostic moi-même.

Le lendemain, je suis allée redemander à l’infirmier de me guider, je suis rentrée, il m’a vite reconnue, il est venu vers moi : douktoura, je veux voir mes enfants ! Il avait les larmes aux yeux…

Ce moment m’a beaucoup touché…

On est allé s’installer dans un coin dans la cours, je lui expliqué qui j’étais, et j’ai commencé ma première anamnèse en psychiatrie…

Petit à petit, la peur s’est envolée, son regard n’était plus agressif, c’était un malade comme les autres, un monde à part, à explorer…

Un monde différent, opulent, loin d’être ordinaire…

Les fois où je rentrais à la cours pour voir d’autres malades, CK ne laissait personne me déranger, il me protégeait des autres… il me cherchait mes patients, et me guidait vers eux…

Je sentais qu’il veillait sur moi…

Ce malade m’a beaucoup marqué, il dégageait beaucoup de tendresse…

Il était schizophrène…

 

                                                                             To be continued…

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Manal 30/05/2005 01:25

J’ai fait médecine parce qu’un jour j’ai décidé de devenir psychiatre…
Cette spécialité me fascine depuis des années, le cerveau humain m’impressionne…
Ce que j’ai découvert en écoutant toutes les histoires, en les vivant, en les sentant est indescriptible…
Ce stage m’a beaucoup marqué, je n’oublierai jamais mes patients…
Félicitations, 3ekbalna :p, tu aurais dû m’inviter à ta thèse, chefti .
L’internat français, moi aussi ça me dit, mais j’ai peur de pas l’avoir, en tout cas, il me reste encore un long chemin à parcourir, celui de la 7ème année, où thèse, clinques et périphérie m’attendent avec impatience.
Merci d’être passé, et courage dans ta prépa…

pubmed 29/05/2005 23:54

J'ai fait la même expérience sauf que s'était au pavillon 36 de l'hopital IBN ROCHD à CASABLANCA.De tous les services où j'ai été affecté, je n'ai jamais pleuré sauf en psychiatrie,où la perte de la raison et de la faculté de discernement renvoie vers le dure réalité qu'est la pathologie psychiatrique.
PS: j'ai décroché mon diplome il y'a 6 mois, je prépare actuellement le concours d'internat à titre etranger.

Karim 27/05/2005 23:27

Tres emouvant, ton temoignage. Moi aussi j'attends de lire la suite, alors fais-vite reparer ton ordinateur!!!

crucivore 27/05/2005 16:54

Ton ordi a crashé et moi ayant lu hier ton article, je me sui levé et ai éteint mon pc. la vie doit être triste pour ces gens. c'est là qu'on voit la chance que nous avons d'avoir toutes nos facultés.
hadoullah et bon courage

bsima 26/05/2005 20:20

en lisant ton article g été trés touché. Personne ne peux nier qu'etre affecté a lhopital de psychiatrie n'est pas effrayant surtout qu'on ne sait pas comment les patients vont réagir. j'ai entendu tellement de petites anecdotes.mais la tienne est de loin la plus touchante un lien particulier a du se créer entre ton patient et toi...la peur comme premier sentiment a été remplacé par un sentiment de confiance et de sécurité... faut dire que tu aspires confiance :) j'attend la suite de ton article avec impatience