Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 octobre 2006 7 08 /10 /octobre /2006 18:33


Ah oui, ils ont encore refusé ! Ce n’est pas la première fois que ça arrive, et je pense que ça ne sera pas la dernière.
Les autorités algériennes ont refusé de délivrer un visa au comédien Jamel Debbouze qui désirait se rendre en Algérie pour présenter le film Indigènes.
Ce film réalisé par Rachid Bouchareb, retrace l’histoire de plus de 230 000 soldats des colonies françaises mobilisés en 1943 pour libérer «  La Patrie  » des dents des Nazies.
Page tournée de l’histoire française, devenue poussiéreuse au fil des années ; mais grâce à Bouchareb et à toute l’équipe cet exploit refait surface. Ils ont su rendre hommage à tous les anciens combattants qui ont contribué à rendre la France ce qu’elle est aujourd’hui.L’équipe était au Maroc pour faire la promotion du film, et puis ils sont partis en Algérie, sauf que le staff n’était pas au complet vu que Jamel Debbouze, s’est vu refuser le visa par les autorités algériennes.
Le producteur du film a pourtant précisé que le comédien a déposé une demande de visa pour l’Algérie depuis une « quinzaine de jours », en prévision de la présentation du film sur les anciens combattants coloniaux.

Hassan Moali, dans un article très intéressant sur le quotidien algérien alwatan se pose alors un tas de questions sur la politisation de l’art, et rapporte avec sa plume la grande colère des algériens qui sont tous déçus par ce refus, à consommer sans modération !
« On sait, désormais, que ce sont les autorités algériennes qui ont sciemment refusé d’accueillir le comédien dans la mesure où même la chargée de la promotion du film, Caroline Aymard, a également avoué, hier à Alger, que Debbouze n’a pas obtenu son visa. Il faut dire que cette décision était déjà dans l’air puisque toutes les administrations directement concernées par cette affaire n’ont pas voulu confirmer ni infirmer la nouvelle. Ni le ministère des Affaires étrangères ni celui de la Culture n’ont répondu à nos questions durant toute la journée d’hier alors que le consulat d’Algérie à Paris était resté injoignable. Ce silence calculé dénote, à l’évidence, le souhait des autorités à ce que « ce refus » pas très diplomatique, ne fasse pas les choux gras des médias. Or, il s’agit tout de même d’un grand comédien qui plus est participe dans une œuvre cinématographique qui, curieusement, renforce l’argumentaire des autorités algériennes sur les bienfaits de la présence des indigènes dans… l’armée française. Même le président français Jacques Chirac a dû céder à l’émotion du film en décrétant, tout de suite après, la mise à niveau des pensions des anciens combattants issus des ex-colonies françaises avec celles des nationaux de la métropole. Ce fut là le premier avantage collatéral d’un film qui n’aurait pu voir le jour sans le talent du réalisateur Bouchareb mais surtout de Jamel Debbouze. Il se confirme ainsi que cet artiste est officiellement déclaré persona non grata en Algérie. Son péché ? Avoir soutenu la version marocaine (son pays d’origine) relative au conflit du Sahara-Occidental. C’est du moins la seule « lecture » qui pourrait être faite de ce refus en l’absence d’une explication officielle des autorités. Quelle ne fut la surprise des nombreux fans algériens de Jamel Debbouze de voir son spectacle annulé sine die. On a découvert qu’il était un sympathisant du roi et de « l’intégrité territoriale de son royaume ». Au-delà du fait que les positions, « accessoirement politiques » de Jamel Debbouze soient parfaitement compréhensibles par le fait même qu’il soit sujet de Sa Majesté, on se demande pourquoi les autorités marocaines n’ont pas fermé les portes devant Khaled et Mami qui font un tabac à Casablanca, Marrakech et Rabat. Faut-il donc exiger de toutes les célébrités qui veulent venir en Algérie de montrer patte blanche sur le dossier sahraoui avant de leur accorder le fameux visa ? Cela rappelle étrangement les péripéties vécues par un autre monument de l’art, Enrico Macias en l’occurrence qui, en 2000, n’a pas pu faire son pèlerinage dans son pays natal pour avoir soutenu Israël par rapport à la Palestine. C ’est dire, tout compte fait, que les autorités algériennes ont encore une fois maladroitement politisé une histoire d’artiste pour lui donner une dimension malheureusement scandaleuse. Et au train où vont les choses, même Zinédine Zidane devrait subir un test s’il était politiquement correct avant de renter chez lui… »
Source: Alwatan
Post également publié sur maghreblog.

Partager cet article

Repost 0
Published by Manal - dans Divers
commenter cet article

commentaires

zizou from Djerba 18/10/2006 09:05

Maghreb united !!! Kollna sur le meme Babour ya jema3a!!

adib 18/10/2006 01:19

mon avis de Tunisien et maghrébin avant tout rejoint parfaitement celui de hchicha...cessons de jouer le jeu des autres...ouvrons nous l'esprit...pour un maghreb uni!

hchicha 15/10/2006 20:34

Salam alikoum les voisins ; -)Si je peux me permettre un commentaire, une sorte d\\\'avis "strictement" personnel d\\\'un algérien sur le sujet évoqué plus haut au travers de cet enième incident algéro-marocain.Et bien chers amis, pour moi la raison pour laquelle les autorités algériennes ont refusé  l\\\'entrée de Djamel debbouze est  simple et a un caractère eminemment politique.Il s\\\'agit encore une fois d\\\'alimenter au sein de nos deux sociétés respectives un débat, ou plutot une polémique qui justifierait des deux cotés de la frontière les discours officiels.Personnellement j\\\'ai evidemment depuis longtemps compris que les deux regimes, marocains et algériens, s\\\'arangent des coups mediatiques  pour distiller "une haine" et un rejet de l\\\'autre. Le danger que représente le voisin est evidemment l\\\'un des meilleurs moyens que detiennent nos deux dictatures pour justifier leur hégémonie sur nos deux société respectives.Remarquons au passage, le role de la france dans ce genre de situation... sur cette histoire de visa pour djamel, je pense que tout le monde aurait pu eviter cela.De ce fait donc, j\\\'ai toujours été vraiment eceuré par les attaques quotidiennes entre les deux Etat, par presse interposée, et qui prend sytematiquement nos deux peuples en otage. Je pense que vraiment les deux camps (regimes) ont à chaque fois fautés!Voilà, moi je suis algérien, et j\\\'espere bien que ce genre de piege que nous tendent à reppetition, nos faiseurs d\\\'opinion des deux cotés de la frontiere, cesseront un jour d\\\'avoir autant d\\\'effet sur nous tous.Voilà voilou, concernant le film  moi j\\\'ai adoré aussi.Peace et vive le maghreb des peuples ... inteligents.

Manal 13/10/2006 19:39

Salut tout le monde Vraiment désolée de cette absence, j’étais un peu prise ces derniers temps. Je remercie toutes les personnes qui ont enrichi le débat, et je tiens à préciser que l’idée de base que je voulais faire passer est justement celle évoquée par citoyen lambda et par Moncef, l’art ne doit pas avoir un passeport !!! Petite mention pour Chahid parce qu’il était le seul à remarquer la photo que j’ai choisie spécialement pour ce post, le regard de Djamel n’est pas là par hasard. Merci à vous tous et soyez toujours les bienvenus.

ann 13/10/2006 10:47

Je viens de découvrir ton blog suite à un commentaire que tu as laissé chez??? J'ai oublié. En tout cas je suis contente d'être arrivée jusqu'à toi. A très bientôt.