Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juin 2005 6 11 /06 /juin /2005 00:00

Ce n’est pas toujours facile d’annoncer à un malade qu’il souffre d’un cancer…c’est même très douloureux…

D’un point de vu déontologique, tout malade a le droit de savoir…

Mais quand je vois ce qui se passe tous les jours, ce n’est pas si évident ! Pratiquement tous mes malades ne savent pas ce qu’ils ont !!!

Plus de la moitié de notre population vit sous le joug de l’ignorance, ne savent même pas de quoi ils souffrent, ne cherchent même pas à savoir…

Ce facteur est également à prendre en compte.

A travers ce post  j’enlève ma blouse… et je vous pose la question en tant que Manal, que préfériez vous, qu’on vous informe de tout, ou qu’on vous laisse vivre tranquillement vos derniers jours ?

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Manal - dans Débat
commenter cet article

commentaires

Tonio 12/05/2007 22:00

S'il s'agit d'une maladie grave mais guérissable, oui j'aimerais être informé, mais s'il s'agit d'une maladie incurable, franchement je ne sais même pas ! Vivre ses derniers instants dans l'ignorance, oui, mais en même temps, une mort ça se prépare (enfin, si on est jeune) et je pense que dans ce cas il serait important de savoir.

Sun Li 24/06/2005 01:25

autre chose :) dans le cas particulier de Lance Armstrong, il a eu de la chance dans son malheur car son cancer est de très bon pronostic : les tumeurs germinales du testicule répondent très bien à la chimiothérapie..

Sun Li 24/06/2005 01:20

c'est une question vraiment complexe.. d'un côté, je me rappelle d'un patient en chirurgie qui avait fait une dépression profonde quand il a appris qu'il avait un cancer.. D'un autre côté, je pense qu'on n'a pas le droit d'infantiliser le malade (parfois sous le faux prétexte qu'il est analpahbète) pour lui cacher la vérité
On a posé la question à un prof et il a eu une réponse intéressante, en disant que s'il lui restait quelques mois ou semaines à vivre, il voudrait le savoir pour pouvoir mettre en ordre ses affaires pour ses enfants (succession, tutorat, etc..).
Mais l'annonce d'une maladie grave (même si le pronostic vital n'est pas mis en jeu) est quelque chose qui s'apprend, et une annonce trop brutale aboutit souvent à des drames (suicide)

Manal 16/06/2005 02:38



Tes mots résonnent bien au fond de Manal :-), ce que tu as dit à propos de faire du patient un partenaire pour la lutte contre la maladie est une idée très juste… mais comme il faut la voir du bon côté, faut voir aussi la moitié vide du verre !!
Tu as parlé de diabète, certes c’est une maladie chronique où il faut beaucoup d’explications, d’informations… la participation du malade est d’un grand apport pour assurer son bien être…
Mais quand tu annonces à un malade qu’il a un cancer, c’est différent ! Le cancer chez nous rime avec la mort… tu sais qu’à l’hôpital on nous interdit de le prononcer devant les malades, on utilise d’autres termes, justement pour ne pas les angoisser…
Le malade peut déprimer, sombrer dans le vide, s’autodétruire à cause de cette annonce…
C’est du cas par cas, pour les cancers diagnostiqués tôt, la démarche est différente… généralement on explique tout au malade, parce que sa participation serait très bénéfique. Beaucoup d’exemples peuvent en témoigner et ces malades évoluent très bien.
Mais quand il s’agit d’une tumeur maligne au stade terminal, c'est-à-dire métastatique… quand le cancer atteint tous les organes, les ronge, c’est qu’il creuse la tombe de ton patient…
Tu le vois, tu veux le sortir de ce gouffre, tu fais tout ce que tu peux, et tu te poses la question ? À quoi bon lui dire ?
Je crois que je ne pourrai jamais trancher, ça serait toujours du cas par cas chez moi…
Merci beaucoup Moh pour tes idées, ça me remplit de joie de voir qu’il y a des gens qui pensent ainsi…
Je serai ouverte à toute discussion…

Moh 16/06/2005 02:18

Manal: je vois que je te dois explication. A mon avis il faudra poser la question exactement comme tu la pose dans ton commentaire:“ .. je vous pose la question en tant que Manal, que préfériez vous, qu’on vous informe de tout, ou qu’on vous laisse vivre tranquillement vos derniers jours ?” et fais exactement ce que ton malade te demande de faire. Si tu en es incapable, explique lui honnêtement pourquoi il en est ainsi. Il ou elle comprendra et appréciera beaucoup et tu lui dois au moins ça. Il est des fois très facile de se perdre dans une course contre la pathologie ou le malade devient un simple incident de parcourt. Je tien que l’on doit traiter le malade d’abord et en gagner un partenaire dans la lutte contre sa propre pathologie. Chose qu’on ne peu pas sans l’éduquer et l’informer de tout ce qui a à savoir dans son propre langage. Je tien aussi que parmi les esprits avertis la compétence du médecin traitant se mesure par le degrés de compréhension de ses patients de leur propre condition.
Un simple “ prenez de l’insuline parce que vous avez le diabète” sans explication plus, ne peu qu'aggraver les problèmes. Tes malades bien qu’illettrés ou même mentalement restreins peut toujour comprendre et t’apprendront plus que tous tes prof réunis. Tu as posé la bonne question dans ton blog, essaye la donc sur tes malades.. sans blouse!
La force est en toi Manal. Trouve la et utilise la. Dare to be different !..
Mon avis.. élaboré :))
Moh