Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 août 2005 2 16 /08 /août /2005 00:00

Je me suis rendue compte il y’ a quelques jours que je n’avais pas fini les épisodes de l’histoire de mon malade.

Certes, vous les avez déjà oublié, et puis, beaucoup d’entre vous ne s’y intéressent pas, ou plus…

Mais je continue cette histoire… pour moi, pour ce malade, et pour partager avec vous une des histoires qui se cachent dans les couloirs d’Avicenne.

Ce qui fait de la pratique de la médecine un métier vivant, c’est justement ce contact avec les malades, cet échange avec des mondes différents, unis sous le ciel d’un mal qui les déchire. J’écris pour eux, pour moi… j’écris pour vider, pour partager… j’écris, c’est tout…

Alors, où étions nous ? ah oui, l’assistante sociale…

Le bureau de cet être sensé assister les indigents, a besoin d’une assistance guidée pour être trouvé…

D’étage en étage, de couloir en couloir, de bureau en bureau… j’ai du faire les cents pas, oups, les mille, les dix milles pour enfin TROUVER LE BUREAU !!!

En suivant le nuage des gens, je suis arrivée à m’y rendre enfin.

Une foule énorme attend dehors, la porte était entrouverte… je l’ai poussée et je suis rentrée (l’avantage d’être une blouse blanche dans un hôpital, est le fait de pouvoir rentrer à tous les endroits où il y a écrit : accès interdit !!!).

Salle étroite, petite, sale… la chaleur y est suffocante…

Plusieurs femmes sont présentes, aucun signe pour distinguer la boss… elles sont toutes assises derrière un bureau…

Elles me regardent toutes, elle a levé sa tête en dernier… son regard était plus sur, c’est elle. Je fonce 

- «  Bonjour… je viens vous voir à propos d’un malade qui va être transféré en Cardio pour une… » 

 - ‘Ah oui, le malade de Mme HG ( la cardiologue avec qui j’ai parlé)

-Oui oui, c’est bien lui.

Elle compose un numéro, et rentre dans une conversation sans fin… elle me fit signe pour que je m’assois, je compris alors que la conversation allait encore durer un bon moment… elle parlait de tout, des vacances, des enfants, des courses, du mari, du directeur, des voisines… et oui, et de mon malade…

Je me demande pourquoi fallait que je reste plantée là bas à attendre…bref, quand elle a fini, elle m’a dit : au fait, c’est pas à moi de m’occuper du dossier, faut voir avec l’assistante sociale du service de cardio, mais envoie moi le malade quand même, je vais lui faire un dossier… Hébétée, je pars chercher le malade et je le guide jusqu’à son bureau…avec une copie de sa carte nationale et de son certificat d’indigence, juste pour qu’elle s’assure de son indigence… Je reviens le lendemain pour voir l’évolution du dossier… et quelle chance, sa demande a été signée… le malade peut être transféré en Cardio.

J’étais toute contente, enfin… ce qui a pris quelques lignes sur ce récit, se compte en semaines à l’hôpital… mon pauvre malade n’avait pas de chance.

Et me voilà en cardio, le service des richards…

A suivre…

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Fadi 21/08/2005 13:41

test

Fadi 21/08/2005 13:32

Oui!!!!
Et pour confirmer ce que tu dénonces,je raconte à mon tour:
J'ai eu une inflammation à l'épaule gauche.RDV a été pris avec le petit hôpital de Skelleftehamen,à 830km de Stockholm :10h,ce jour-là.Et bien à 10h,ce jour-là,le médecin était au RDV.La suite??
Tout se déroula selon des RDV à la mn près:
Analyses.
Cliches radio.
Visite et revisite.
Pour l'anecdote ,je recus une lettre dans laquelle on m'invitait à me rendre à l'hôpital de Skellefeå 16h,ce jour-là.
On m'y précisait que le cliché était gratuit ,et que si je ne m'y rendais pas au RDV,je devais payer 200SEK.On me prévenait aussi que je devais compter sur une heure de présence à l'hôpital.
Je ne vous dirais pas plus...
Pour l'organisation ,la précision,la pratique de la noble médecine et autres
---on se croirait dans un rêve dans lequel les hommes avaient subi une véritable mutation faisant d'eux des êtres qui prennent au sérieux leur resonsabilité---
Le silence est d'or,mais les dénonciations à haute voix des anomalies sont plus precieuses que ce metal dérisoire!
Fadi,citoyen.

Mehdi 16/08/2005 20:04

C'est très touchant ce que tu fais Manal à l'égard de l'exercice de tes fonctions, chose qu'on ne trouve que rarement dans nos hôpitaux... En tout cas, Dieu saura te récompenser.