Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 septembre 2005 5 30 /09 /septembre /2005 00:00

Leurs mœurs, leur mode de reproduction

 

      1-     la parade nuptiale

Lorsque vient la période des amours, les humains se livrent à leur parade nuptiale. Contrairement au paon, que nous connaissons tous, ce n’est pas le mâle, mais la femelle qui affiche des couleurs fluorescentes et déploie ses atours. Comme les humaines ne sont pas dotées de plumes, ni de crête, ne de jabot gonflant, elles enfilent des morceaux de tissu bariolés qui attirent l’attention des mâles.

Chose curieuse, les femelles couvrent strictement certaines zones de leur corps et en dévoilent abondamment d’autres. Pour augmenter leur pouvoir attractif, elles enduisent leur bouche de graisse de baleine et garnissent de poudre de charbon leurs paupières. Enfin elles s’aspergent de parfums subtilisés aux glandes sexuelles d’autres animaux terriens, comme le bouquetin des montagnes dont elles extraient le musc. Elles volent même des glandes sexuelles des fleurs pour obtenir des odeurs de patchouli, de lavande ou de rose.

2-     la rencontre

Les humains mâles et femelles se rencontrent dans des endroits spécialement conçus à cet effet : les « boîtes de nuit », lieux sombres et bruyants. Sombres pour que le mâle ne puisse pas distinguer clairement le physique de la femelle (il ne sent que son odeur de patchouli, de musc ou de rose). Bruyants pour que la femelle ne puisse pas distinguer clairement les propos du mâle.

3-     la reproduction

Comment se passe la reproduction des humains sauvages ? Des observations in vitro ont permis de résoudre le mystère. Le mâle s’emboîte dans la femelle grâce à un petit appendice dont la taille correspond exactement à celle du réceptacle chez la femelle. Lorsque l’emboîtement est bien arrimé, ils remuent jusqu’à ce que la semence du mâle soit libérée.     

4-     la gestation

les humains sont vivipares. Ils ne pondent pas d’œufs. Les femelles conservent leurs petits dans leur ventre durant neuf mois.

5-     le nid

Construit en béton armé, ils le recouvrent de mousses et de fibres tressées pour que les parois soient moins blessantes. Ils accumulent à l’intérieur toutes sortes d’objets cubiques qui produisent du bruit ou de la lumière. Dans leurs nids, les humains s’agitent en entrant, puis se stabilisent dans des fauteuils, et là, ils se mettent à gazouiller.

Le premier acte du mâle humain rentrant chez lui est d’uriner, probablement pour déposer ses phéromones, celui de la femelle est de manger du chocolat.

 

 

 

                              Bernard Werber, l’arbre des possibles – Apprenons à les aimer-

Partager cet article

Repost 0
Published by Manal - dans J'ai lu
commenter cet article

commentaires

Sanaa 01/10/2005 14:42

J'aime pas les boites de nuit...
Manal, toi aussi, ton blog est le premier que je visite depuis mon retour...

Bsima 01/10/2005 00:14

Bonsoir Placebo, za3ma normalement je n'ai pas a me justifier... Mais je ne parlais pas de moi dans mon commentaire, loin de là! Je parlais en général, ct comme ça quand on sortait le soir... Faut bien non? Et pour ce qui est des fréquentations, Manal est là pour confirmer, je connais un tas de gens, de toutes sortes, de toutes les classes, de toutes les convictions religieuses, l'essentiel c'est que ce sont des gens bien, de bonne foi et avec qui on peut tenir une conversation :)

slix 01/10/2005 00:01

moi en tt k ça m'a fait riiiiiiiiiiiiiiiiiiiiirrrrree.... très marrante la façon de décrire le "cycle" humain...surtout la phrase cité par fadi et le truc de la boite de nuit :)

Merci Manal...

Israe 30/09/2005 22:19

Ben moi je ne commente pas cet article là!( J'ai pas grand chose à ajouter!) J'ai juste envie de dire que votre bannière est superbe!

Fadi 30/09/2005 21:18

Excuse-moi:je reviens car je constate que la phrase que je voulais reprendre fut avalée:
il s'agit de :
-Curieusement,les femelles couvrent strictement certaines parties de leur corps et en dévoilent abondamment d'autres.--
Prière de remettre la phrase avalée à sa place dans le comment qui précède.