Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 juin 2007 1 04 /06 /juin /2007 18:32

Je n’arrive toujours pas à comprendre ce qui s’est passé ! Chaque fois que je rentre à la cuisine c’est un désastre !
J’ai voulu essayer un nouveau truc, préparer du pop blé comme on prépare du pop corn ! J’ai pris une petite casserole, et j’y ai mis de l’huile !!
Je suis allée finir l’écriture d’un document le temps que l’huile chauffe un peu. Quelques minutes après j’entends un bruit bizarre en provenance de la cuisine, je me précipite pour aller voir ce que c’est et pour que je puisse mettre le blé dans l’huile.
À l’entrée de la cuisine, je suis frappée par une fumée noire bizarre qui envahit presque tout l’étage, et là, je découvre le feu qui bouffe la hotte au dessus de la casserole, et qui émane justement de la petite casserole !!!
Je suis restée sidérée, le feu, la fumée, et moi clouée au sol, n’arrivant même pas à respirer ni à réaliser ce qui se passe.
Je ne savais pas qui faire, j’avais peur d’une explosion, c’est le seul truc auquel mon cerveau a pensé !!!
Je m’approche doucement du feu, je me plante quelques secondes, avant de penser à éteindre le gaz !!!
Les flammes continuent à brûler le plastique de la hotte, et moi, je ne savais pas quoi faire, ni comment réagir. J’ai pris un gros verre d’eau et je l’ai versé ou plutôt jeté sur le feu…
ça n’a pas suffi à éteindre le feu, fallait plus d’eau ; et heureusement que cette fois ci ça a marché.
J’ai ouvert toutes les fenêtres de la maison, les portes des terrasses pour pouvoir respirer, la fumée ne voulait pas disparaître…
Tout est noir dans la cuisine, et je ne comprends toujours pas comment tout cela est arrivé !!
Je ne comprends pas non plus ma sidération devant la situation, je me suis sentie bloquée et incapable de réagir vite !!!
J’ai toujours une tachycardie, je ne sais pas si c’est en rapport avec toute la fumée que j’ai inhalée ou que c’est juste ma peur…
Dieu merci, je m’en suis vite rendue compte, sinon, je ne serai probablement plus là maintenant…

 

Repost 0
1 juin 2007 5 01 /06 /juin /2007 22:53



Depuis quelques années je suis devenue phobique à toute idée d’union, pas que je sois contre l’union des peuples, bien au contraire, mais cette idée me fait peur tout simplement.
Je rêve juste de rencontrer des maghrébins, de mieux les connaître, de m’émerveiller chaque fois que je découvre des points communs, de rigoler avec eux de nos différences…
J’adore la Tunisie , et je rêve de visiter l’Algérie et la Libye  ; j’ai beaucoup d’admiration pour l’expérience mauritanienne ; mais je ne pense pas qu’une fusion sur les plans économique ou politique nous ferait du bien, chacun de nos pays a encore beaucoup de défis à relever, beaucoup de blessures à panser…
Apprenons à nous connaître d’abord, à nous aimer, à nous respecter !
Nombreux sont les marocains qui disent ne pas aimer les tunisiens sans en avoir rencontré un, nombreux sont les tunisiens qui prennent les libyens pour des cons, alors qu’ils n’ont croisé qu’une poignée pas du tout représentative de tout un peuple…Ah, ces préjugés…
A bas les clichés entre nos peuples…
Je dédie ce post à tous mes amis maghrébins, bloggeurs et non bloggeurs et je les remercie
بزاف،هلبة، برشة pour tous les moments de bonheur que j’ai passés en leur compagnie.
Vive le Maghreb…

Repost 0
31 mai 2007 4 31 /05 /mai /2007 14:12


C’est toujours difficile de revoir ses positions quant à certaines actions qu’on faisait avec beaucoup de bonne volonté ! C’est le cas de mon engagement dans l’humanitaire, j’étais contente et fière de ce que je faisais avec les associations, mais à un moment ; j’ai senti que je ne rendais pas vraiment service à la population. Le fait de mobiliser du monde, de se déplacer un dimanche, de ramener du matériel, de prévoir un budget pour les médicaments, les abaisse-langues, les thermomètres et tous les autres détails qu’il ne faut pas omettre, le fait de contacter les autorités locales, les associations, de donner de l’espoir à une population courbée par la pauvreté, et puis débarquer le jour J, avec beaucoup de bonne volonté, beaucoup d’enthousiasme, faire des consultations, combattre la fatigue et rentrer  tard le soir pour dormir tranquillement en se disant : J’ai fait quelque chose.
Tout ça c’est beau, mais ça ne me convint plus. Se déplacer pour traiter une angine ou une bronchite c’est bien se substituer à l’état, et ce n’est surtout pas ce que je veux faire en tant que société civile ! Le travail des associations dans le domaine de l’humanitaire doit apporter quelque chose que l’état ne peut pas pourvoir. Si on va venir, se poser quelque part, passer à la télé et être reconnu comme un ange sur terre, ça ne rend pas vraiment service aux hypertendus du quartier qui après le passage de la caravane, continueront à faire la file aux hôpitaux des villes pour avoir un rendez-vous…finalement, ce qu’on a fait, c’est leur dire : Voilà monsieur, vous êtes hypertendu !! Une donnée à la base qu’il savait, ou qu’il pressentait ; parce que s’il ne se savait pas malade, il ne serait pas venir taper à votre porte humanitaire…
Long débat, que j’entame de temps en temps avec moi-même, et parfois avec d’autres confrères. Certains comprennent ma position, et d’autres n’apprécient pas du tout mes remarques…
Il y’a quelques mois j’ai été contactée par Moh pour participer à une caravane humanitaire à Taroudant, quand j’ai compris de quoi il s’agissait, je me suis tout de suite engagée.
Effectivement, du 11 au 19 Mai, s’est tenu à Taroudant une opération smile, organisée par une NGO américaine. Une équipe de plus de 25 médecins et chirurgiens s’est déplacée pour dessiner les sourires sur le visage des enfants souffrant de malformations maxillo-faciales !! J’ai pris beaucoup de plaisir à travailler dans cette caravane, j’ai senti vraiment que dans la vie des patients opérés ; il y’avait un AVANT et il y’aura un APRÊS nettement meilleur.
Les chirurgiens ont principalement pris en charge les fentes labiales et fentes palatines, avec une vingtaine de cas de brûlés, opérés gracieusement par un professeur – tenez vous bien- Marocain installé aux états unis !!
Au total, plus de 220 malades ont été vus et 114 ont été opérés, un grand exploit en 5 jours de travail acharné.
L’équipe locale de la province de Taroudant était très coopérante, du délégué  du ministère de la santé aux agents de sécurité, tout le personnel était accueillant.
L’expérience fut vraiment très enrichissante…
Merci infiniment à Moh, de m’avoir mise en contact avec Tom et toute l’équipe, j’ai fait de mon mieux pour aider et je serai ravie de participer avec eux une autre fois.
Merci à l’équipe locale pour son amabilité et sa coopération, c’était un vrai plaisir de travailler avec vous…
Merci au patient qui est venu me chercher à l’hôpital pour me donner un cadeau très symbolique à mes yeux, mais qui malheureusement ne m’a pas trouvé !
J’espère que l’équipe organisera une autre opération dans la région, la population en a vraiment bénéficié…

Billet également publié ici.

 

Repost 0
Published by Manal - dans Associations
commenter cet article
28 mai 2007 1 28 /05 /mai /2007 13:13


Non, mais ils sont malades? C’est quoi cette histoire de censure ?!!!
Quelqu’un est tombé sur la tête !!!! Oh mon dieu, quelle frustration de cliquer sur un lien quelque part et de pas voir la vidéo de Youtube s’afficher !!! POURQUOI ???
Je me suis toujours posée des questions sur la censure, dans d’autres pays, y’a peut être des raisons politiques mais chez nous, POURQUOI ?
Bloggeurs et bloggeuses, peut on faire quelque chose pour changer cette connerie ?
Euh… pourquoi pas changer Maroc Telecom par Méditel ou Wana !!! pour l’instant, la censure n’existe pas encore chez eux… Qui sait ?

Repost 0
Published by Manal - dans Blogs'bla bla
commenter cet article
9 mai 2007 3 09 /05 /mai /2007 00:28

A la différence des autres conférences auxquelles j’ai participé, l’équipe de Nasseej a choisi d’organiser celle là dans un site écologique.
Wadi Fynan, est situé à 250 Km au sud de Amman, et constitue un site touristique important de la réserve de DANA qui est prise en charge par la société royale pour la conservation de la nature.
La gestion du gîte est entièrement managée par les bédouins de la région. Grâce au tourisme écologique, les habitants de la vallée de Fynan gagnent leur vie en joignant l’utile à l’agréable.
Ils assurent le transport des touristes à travers les routes montagneuses, non goudronnées et donc non accessibles aux voitures ordinaires.

Ils connaissent la montagne comme leur poche et guident les visiteurs de colline en colline et d’un sommet à l’autre.

Ils sont chaleureux et accueillants, et organisent souvent des dîners dans leurs tentes et y invitent tout le monde.
Leur générosité rappellent celle des Marocains du Sud, et se traduit par des sourires qui dégagent beaucoup de bonté et d’amabilité.
De leurs visages ridés, émanent des regards rassurants et pleins de vie…
Le soir, seules les bougies illuminent les lieux.
A la réception, on te donne autant de bougies que tu veux, mais ne leur demande pas d’utiliser le générateur pour charger ton portable ou ton appareil photo.  
Je ne sais pas s’il y’a des sites pareils au Maroc, mais en tout cas, j’aurai très envie de les découvrir…
A l’heure actuelle, les centres SPA, les espaces de relaxations et de massages émergent un peu partout au Maroc, mais on reste toujours dans un cadre luxueux, au cœur des villes.
Pour moi, rien ne vaut une bonne cure avec soi même, loin des soucis du quotidien…



 

 

Repost 0
6 mai 2007 7 06 /05 /mai /2007 13:27

J’ai beaucoup hésité avant d’accepter d’y aller, je ne voulais pas faire le tour du monde pour passer 4 jours en Jordanie, mais j’en avais vraiment besoin, les semaines dernières étaient trop stressantes et je voulais m’échapper…
Un meeting arabe, qui accueille 28 jeunes de 14 pays arabes. J’ai jeté un coup d’œil rapide sur la liste des participants, le Maghreb, le moyen orient et le golf sont équitablement représentés.
Après le long détour, je me retrouve à Amman. J’allais être la dernière à arriver si le vol des Egyptiens était arrivé à temps ! Je file à l’auberge, et sur le chemin je discute longuement avec Imad, le responsable logistique de l’organisation qui nous accueille ; il me demande pourquoi on bombarde chez nous, comment vivent les marocains et un tas de questions générales sur les salaires, la vie et le prix des tomates. La première participante qui m’aborde était une libanaise, pleine d’énergie elle se dirige vers moi avec un grand sourire et m’invite à faire connaissance avec le reste du groupe.
Des palestiniens, des tunisiens – qui connaissent zizou :p-, une fille de Bahrain. Les autres sont sortis.
Sur la table du dîner, je discute avec un brillant participant du Yémen, j’étais vraiment stupéfaite et admiratrice, mais toutes les discussions ont focalisé sur notre destination du lendemain, là où se tiendra le meeting : un éco lodge, en plein montagnes, loin de toute la civilisation, où il n’y a ni électricité, ni internet, ni réseau de téléphone, un lieu pour se déconnecter du monde !!
À l’annonce de cette nouvelle, les réactions ont divergé, une égyptienne a éclaté en sanglot, n’imaginant pas le fait de rester 5 jours sans parler à son fils, d’autres se sont tus, et moi je trouvais l’idée assez originale…
Se débarrasser de ces machines qui conditionnent nos vies, dormir tôt et se réveiller quand les premières lueurs apparaissent, manger bio et n’entendre aucun klaxon ! Franchement, ça valait le coup d’essayer !

 

Dans le bus, les appréhensions se fondent dans les longues discussions entre les participants. Je voulais discuter avec le seul participant Saoudien, mais il était malade et a dormi durant tout le trajet…
Les appartenances géographiques ont défini plusieurs petits groupes, Liban-Palestine, Maroc-Tunisie, UAE-Bahrain, Jordanie-Syrie… Je m’amusais à observer le groupe en silence, en écoutant les chansons de Hédi Jouini sur le PC du tunisien…
La route était longue, on nous a arrêté plusieurs fois ; barrages de contrôle. Une fois arrivé à un coin perdu dans les montagnes, on nous fit descendre…
à suivre…

 



Repost 0
3 mai 2007 4 03 /05 /mai /2007 23:11

Les qataris sont une rumeur, je vous le dis d’emblée.
Alors je vous explique : Je devais aller en Jordanie, l’une des seules possibilités qui me restait, était de passer via Doha. Alors j’ai grogné un peu parce que on a tardé à me prendre le billet, parce que j’aurais pu partir via Paris ou Madrid, dans ma tête, il est inadmissible de faire 12 heures de vol quand on peut faire moins.
Je voulais pourtant voyager pour changer d’air, j’ai eu deux semaines de galère, de stress et de 3kess !!!
7assilou, comme diraient les tunisiens. Je me résigne, et je me prépare à faire : Casa –Tripoli – Doha –Amman, je prends un sac à main, et un petit sac que je traîne derrière moi, pas moyen d’envoyer des bagages !
Le vol est assuré par Qatar airways, la vérité, je ne m’attendais pas à un tel service. L’appareil déjà est grandiose, Airbus 330. Un écran pour chacun, des sièges spacieux, des hôtesses et stewards de toute nationalité, des films à regarder au choix !! Bref, le luxe des blonds sur les autres vols, Qatar airways l’offre aux individus lambda et franchement pour pas cher par rapport aux autres compagnies.
La cerise sur ce gâteau est de devoir attendre de 22 :05 (heure d’arrivée à Doha) à 12 :45 du lendemain, heure du vol pour Amman. Je débarque avec beaucoup d’appréhension et je demande à droite et à gauche : EN ANGLAIS s’il vous plait, dans ce bled PERSONNE ne parle arabe ! Déjà y’a pas d’arabes pour qu’ils te parlent, y’a que des asiatiques ! On m’informe alors qu’un bonhomme m’attend à la sortie et m’emmènera à l’hôtel pour passer la nuit.
Encore un asiatique, accueillant et souriant.
Le chauffeur sri lankais semble très curieux à propos du Maroc, il me dépose à l’hôtel et me confie à ses concitoyens réceptionnistes !!  English English !!!
L’avantage de connaître des gens un peu partout, a fait que grâce à Stup, un ami à lui est passé me prendre pour faire un tour à Doha, une ville de rêve, toute en chantiers et très luxueuse. Je ne savais pas si je pouvais sortir en jean, t-shirt, cheveux découverts !! On sort faire un tour, on se pose à un café sympa, squatté par des maghrébins…Je ne me suis pas du tout sentie loin de chez moi.
La ville est super belle, on dirait New York avec ses gratte-ciel !!
Rentrée à l’hôtel, je passe la nuit à chatter avec les copains, vive le wifi.
Demain vol vers Amman, à suivre…

post rédigé le 25 Avril 2007, à Doha.

 



Repost 0
11 avril 2007 3 11 /04 /avril /2007 03:04

A voir les news, on se croirait dans un épisode de NCIS. Les bandes jaunes isolent la scène du crime, les ruelles sont bondées ; femmes âgées terrifiées, enfants en pleur, adolescents aux visages tétanisés, tous, ne réalisant pas ce qui se passe.
Le Maroc s’est réveillé ce matin sur deux explosions. Dans les rues de Casa, la mort est devenue une solution de facilité. Prospection de gloire ou recherche de reconnaissance ?
Cela ne surprend plus. Que ce soit chez nous, ou ailleurs, le Marocain est assimilé à une bombe potentielle !
L’image du Marocain intrigue de plus en plus. Qui est cet arabe, méditerranéen, africain, d’origine amazigh, parlant plusieurs langues, et dont la culture est nettement imprégnée par sa proximité européenne ?
Je me suis toujours amusée à demander à ceux que je croise ce qu’ils savent des marocains ; au moyen orient, on les prend pour des arabes en mue qui aspirent à l’occidentalisation ; aux pays du nord, on voit en eux des bombes ambulantes ayant eu une bonne équipe de foot dans les années 80.
Il y a néanmoins une autre image qui marque les esprits, si les hommes marocains terrorisent par leur obscurantisme, les femmes, elles, se prostituent.
Cela se lit dans les regards, se chuchote, elle est marocaine…
En se présentant avec un passeport marocain au moyen orient, on te catégorise. Au coin, questions dérangeantes, interrogations à ne pas en finir. Sur les forums, les marocaines sont traitées de tous les noms. Chez eux, toute marocaine se prostitue jusqu’à preuve du contraire.
Je n’ai jamais réduit une personne à une nationalité, à un passeport, un nom ou une appartenance, mais les préjugés sur nous existent, et faut bien faire avec.
Les femmes maghrébines ont plus ou moins le même profil, mais quand on parle de prostituées on pense vite aux marocaines, pourquoi ?
Les hommes maghrébins ont également plus ou moins le même profil, mais pourquoi les bombes n’éclatent que chez nous ?
Faut bien qu’il y’ait une raison qui fait la différence entre nous et tout le reste du monde… Est-ce le mélange des identités, l’influence de notre diversité ?
Devrions nous tout rattacher à la pauvreté ? Au nom de la précarité, les garçons sombrent dans l’obscurantisme et les filles vendent leur chair. Théorie facile.
Pourrions nous un jour, nous débarrasser de ces étiquettes ?

Repost 0
Published by Manal - dans Débat
commenter cet article
8 avril 2007 7 08 /04 /avril /2007 04:08


En fouillant dans ma boite mail, je suis tombée sur ce texte. Je l’ai envoyé à une personne qui ne me parle pratiquement plus maintenant. C’était il y’a exactement UN AN, le 8 avril 2006.


« Les hommes à l'état de veille ont un seul monde, qui leur est commun. Dans le sommeil, chacun s'en retourne à son propre monde. » Héraclite.

 

 

 

J'ai l'impression d'être passée à côté du rêve en ayant ouvert mes yeux. J'ai l'impression d'avoir raté aujourd'hui en ayant pensé demain. J'ai l'impression d'avoir vieilli subitement en tenant à vivre pleinement. J'ai l'impression d'avoir perdu les gens que j'aime en passant mon temps à m'occuper de gens que je n'aime pas. J'ai l'impression de m'avoir perdue moi-même. Je referme mes yeux et je sandwich ma tête entre deux oreillers pourvu que je rattrape mon rêve perdu. Je ne veux plus ouvrir les yeux.

 

« Rêver est une chose douce qui ne coûte rien et qui rassure » Taher Benjelloun.

 

 

 

   
Repost 0
1 avril 2007 7 01 /04 /avril /2007 20:12

Voici ce qui se passe quand on oublie que c’est une période de vacances...
Réveil à 10h sous les gronderies de maman, et les leçons sur la ponctualité.
10h20, déjà en voiture, yeux encore fermés et air abruti. Le train part à 10h20.
10h30, Gare Rabat Agdal. Le train pour Marrakech a un retard de 25 minutes. Heureusement que je suis arrivée en retard.
11h05, le train arrive enfin après 45 minutes de retard.
Je monte, impossible de bouger à droite ou à gauche, le train est bondé.
Je me trouve 10 cm de libre, je pointe et je me fige pour ne pas déranger les passagers d’à côté. Tout le monde était debout.
Je pense à une chanson pour oublier le manque d’oxygène. A mes côtés, quatre jeunes de Tanger, et quatre jeunes de Guelmim, ils essayaient de sympathiser entre eux, intéressante illustration des influences géographiques.
12h45, Gare Casa Oasis, une dame de la cinquantaine et sa fille se joignent à nous. Elles décident de poser leur –GRANDE- valise par terre, et s’asseoir dessus. Elles ont bloqué la porte des toilettes de la locomotive, et avaient l’air de s’en foutre.
13h00, la femme me regarde et me demande l’heure. Après avoir répondu à sa question, elle me dit, faut que je fasse ma prière ! Devant elle, deux hommes qui étaient debout depuis Tanger, à côté, les quatre jeunes chamalis et derrière cinq autre personnes, dont moi, soit onze paires de prunelles dirigées vers elle, et l’observant chacun à sa manière.
Finie la prière, elle sortit son chapelet.
13h25, un visage pâle surgit parmi la foule de la locomotive, une dame, la quarantaine, cherchant les toilettes…Elle me demande de me pousser, et elle demande à la dame bloquant la porte des toilettes avec sa valise de bouger. Celle-ci, qui tenait encore son chapelet lui répondit que la porte était bloquée par les responsables du train, parce qu’il y’a un problème de fuite. La dame, répondant à l’appel impérieux de sa vessie, décida de pousser la porte. La porte s’ouvrit. La femme tenant le chapelet, ne savant plus quoi dire, devint désagréable et se mit debout devant la porte pour empêcher l’autre dame d’y entrer. Cette dernière lui expliqua qu’elle est diabétique, la poussa et rentra.
La fille de la dame au chapelet décida de sortir de son mutisme et traita la dame diabétique de connasse. Je restai sur le cul.
Tous les passagers qui voulaient résoudre leurs problèmes physiologiques étaient renvoyés aux toilettes d’en face. La dame au chapelet, se justifiant devant les passagers, disait qu’elle ne voulait pas que les gens salissent ses valises avec leurs urines !!!
14h30, une dame se présenta avec ses deux enfants, une fillette de 4 ans et un garçon de 6 ans. Le petit garçon avait un visage rond, caché à moitié par une paire de lunettes qui lui conférait un air de « Maman j’ai inventé la machine à rouler les joints ». Il était petit de taille, et observait tout le monde d’une manière crispée. Sa mère essaya d’ouvrir la porte, mais la dame au chapelet lui donna la même version, c’est fermé ! et l’envoya aux toilettes d’en face. Dans l’autre rive, la file était très longue…
Le garçon, regarda à droite et à gauche. Elle comprit qu’il ne pourra résoudre son problème que dans une demi heure, alors il s’interrogea innocemment : maman, si les deux toilettes sont occupées, autant faire pipi debout, ici !!!
La dame au chapelet terrifiée, lui dit : NAAAAAAAAAN, surtout pas, viens viens, rentre, et elle ouvrit la porte derrière elle, en lui disant : surtout ne fais pas pipi par terre, il faut bien viser !
Le petit garçon, d’un air soulagé, hocha sa petite tête en guise d’accord et rentra enfin faire son PIPI.
Le train arriva à Marrakech cinq heures et demi après le départ, donc avec un retard de plus de deux heures et demi. Ce fut la première fois que je fais tout le trajet debout ! une expérience horriblissime. Mais bon, avec le monopole, le client est toujours perdant !
À bas l’ONCF !! L’office national des conneries ferroviaires !

Repost 0
Published by Manal - dans Divers
commenter cet article