Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 juin 2007 5 22 /06 /juin /2007 11:18

Je pensais sérieusement que cette ville était un coin perdu ! J’ai réalisé il y’a quelques jours de Zhiliga que tout le monde qualifie de « Fin du monde » est située à 112 Km de Rabat !!!


Alors pourquoi parlons en nous comme une ville hyper lointaine !!!?? quelqu’un pourra me répondre ?

Repost 0
9 mai 2007 3 09 /05 /mai /2007 00:28

A la différence des autres conférences auxquelles j’ai participé, l’équipe de Nasseej a choisi d’organiser celle là dans un site écologique.
Wadi Fynan, est situé à 250 Km au sud de Amman, et constitue un site touristique important de la réserve de DANA qui est prise en charge par la société royale pour la conservation de la nature.
La gestion du gîte est entièrement managée par les bédouins de la région. Grâce au tourisme écologique, les habitants de la vallée de Fynan gagnent leur vie en joignant l’utile à l’agréable.
Ils assurent le transport des touristes à travers les routes montagneuses, non goudronnées et donc non accessibles aux voitures ordinaires.

Ils connaissent la montagne comme leur poche et guident les visiteurs de colline en colline et d’un sommet à l’autre.

Ils sont chaleureux et accueillants, et organisent souvent des dîners dans leurs tentes et y invitent tout le monde.
Leur générosité rappellent celle des Marocains du Sud, et se traduit par des sourires qui dégagent beaucoup de bonté et d’amabilité.
De leurs visages ridés, émanent des regards rassurants et pleins de vie…
Le soir, seules les bougies illuminent les lieux.
A la réception, on te donne autant de bougies que tu veux, mais ne leur demande pas d’utiliser le générateur pour charger ton portable ou ton appareil photo.  
Je ne sais pas s’il y’a des sites pareils au Maroc, mais en tout cas, j’aurai très envie de les découvrir…
A l’heure actuelle, les centres SPA, les espaces de relaxations et de massages émergent un peu partout au Maroc, mais on reste toujours dans un cadre luxueux, au cœur des villes.
Pour moi, rien ne vaut une bonne cure avec soi même, loin des soucis du quotidien…



 

 

Repost 0
6 mai 2007 7 06 /05 /mai /2007 13:27

J’ai beaucoup hésité avant d’accepter d’y aller, je ne voulais pas faire le tour du monde pour passer 4 jours en Jordanie, mais j’en avais vraiment besoin, les semaines dernières étaient trop stressantes et je voulais m’échapper…
Un meeting arabe, qui accueille 28 jeunes de 14 pays arabes. J’ai jeté un coup d’œil rapide sur la liste des participants, le Maghreb, le moyen orient et le golf sont équitablement représentés.
Après le long détour, je me retrouve à Amman. J’allais être la dernière à arriver si le vol des Egyptiens était arrivé à temps ! Je file à l’auberge, et sur le chemin je discute longuement avec Imad, le responsable logistique de l’organisation qui nous accueille ; il me demande pourquoi on bombarde chez nous, comment vivent les marocains et un tas de questions générales sur les salaires, la vie et le prix des tomates. La première participante qui m’aborde était une libanaise, pleine d’énergie elle se dirige vers moi avec un grand sourire et m’invite à faire connaissance avec le reste du groupe.
Des palestiniens, des tunisiens – qui connaissent zizou :p-, une fille de Bahrain. Les autres sont sortis.
Sur la table du dîner, je discute avec un brillant participant du Yémen, j’étais vraiment stupéfaite et admiratrice, mais toutes les discussions ont focalisé sur notre destination du lendemain, là où se tiendra le meeting : un éco lodge, en plein montagnes, loin de toute la civilisation, où il n’y a ni électricité, ni internet, ni réseau de téléphone, un lieu pour se déconnecter du monde !!
À l’annonce de cette nouvelle, les réactions ont divergé, une égyptienne a éclaté en sanglot, n’imaginant pas le fait de rester 5 jours sans parler à son fils, d’autres se sont tus, et moi je trouvais l’idée assez originale…
Se débarrasser de ces machines qui conditionnent nos vies, dormir tôt et se réveiller quand les premières lueurs apparaissent, manger bio et n’entendre aucun klaxon ! Franchement, ça valait le coup d’essayer !

 

Dans le bus, les appréhensions se fondent dans les longues discussions entre les participants. Je voulais discuter avec le seul participant Saoudien, mais il était malade et a dormi durant tout le trajet…
Les appartenances géographiques ont défini plusieurs petits groupes, Liban-Palestine, Maroc-Tunisie, UAE-Bahrain, Jordanie-Syrie… Je m’amusais à observer le groupe en silence, en écoutant les chansons de Hédi Jouini sur le PC du tunisien…
La route était longue, on nous a arrêté plusieurs fois ; barrages de contrôle. Une fois arrivé à un coin perdu dans les montagnes, on nous fit descendre…
à suivre…

 



Repost 0
3 mai 2007 4 03 /05 /mai /2007 23:11

Les qataris sont une rumeur, je vous le dis d’emblée.
Alors je vous explique : Je devais aller en Jordanie, l’une des seules possibilités qui me restait, était de passer via Doha. Alors j’ai grogné un peu parce que on a tardé à me prendre le billet, parce que j’aurais pu partir via Paris ou Madrid, dans ma tête, il est inadmissible de faire 12 heures de vol quand on peut faire moins.
Je voulais pourtant voyager pour changer d’air, j’ai eu deux semaines de galère, de stress et de 3kess !!!
7assilou, comme diraient les tunisiens. Je me résigne, et je me prépare à faire : Casa –Tripoli – Doha –Amman, je prends un sac à main, et un petit sac que je traîne derrière moi, pas moyen d’envoyer des bagages !
Le vol est assuré par Qatar airways, la vérité, je ne m’attendais pas à un tel service. L’appareil déjà est grandiose, Airbus 330. Un écran pour chacun, des sièges spacieux, des hôtesses et stewards de toute nationalité, des films à regarder au choix !! Bref, le luxe des blonds sur les autres vols, Qatar airways l’offre aux individus lambda et franchement pour pas cher par rapport aux autres compagnies.
La cerise sur ce gâteau est de devoir attendre de 22 :05 (heure d’arrivée à Doha) à 12 :45 du lendemain, heure du vol pour Amman. Je débarque avec beaucoup d’appréhension et je demande à droite et à gauche : EN ANGLAIS s’il vous plait, dans ce bled PERSONNE ne parle arabe ! Déjà y’a pas d’arabes pour qu’ils te parlent, y’a que des asiatiques ! On m’informe alors qu’un bonhomme m’attend à la sortie et m’emmènera à l’hôtel pour passer la nuit.
Encore un asiatique, accueillant et souriant.
Le chauffeur sri lankais semble très curieux à propos du Maroc, il me dépose à l’hôtel et me confie à ses concitoyens réceptionnistes !!  English English !!!
L’avantage de connaître des gens un peu partout, a fait que grâce à Stup, un ami à lui est passé me prendre pour faire un tour à Doha, une ville de rêve, toute en chantiers et très luxueuse. Je ne savais pas si je pouvais sortir en jean, t-shirt, cheveux découverts !! On sort faire un tour, on se pose à un café sympa, squatté par des maghrébins…Je ne me suis pas du tout sentie loin de chez moi.
La ville est super belle, on dirait New York avec ses gratte-ciel !!
Rentrée à l’hôtel, je passe la nuit à chatter avec les copains, vive le wifi.
Demain vol vers Amman, à suivre…

post rédigé le 25 Avril 2007, à Doha.

 



Repost 0
15 décembre 2006 5 15 /12 /décembre /2006 00:03



L’un des moments les plus forts de la formation était l’arrivée de la reine Nour pour assister à une séance de discussion. On nous a averti à la dernière minute parce que apparemment sa visite n’était pas confirmée ; j’étais surprise de voir qu’il y’avait très peu de mesures de sécurité. La Reine est arrivée très discrètement et s’est installée à la première rangée, à côté de certains participants. Elle était souriante, belle et très élégante.
Pour accompagner les cours théoriques, l’université a prévu une rencontre avec deux partis islamistes de Jordanie, Islamist Center party et Islamic action Front. Le premier est connu pour être un parti islamiste modéré, qui prend l’Islam comme référence et qui prône le discours de la modernisation et de l’ouverture d’esprit. Ils se disent non moralisateurs, et prétendent faire de la politique.  Quant au front islamique, ils ont la réputation d’être plus radicaux !
Les premiers sont arrivés à l’heure, ils n’étaient pas tous barbus et ont respecté le cota de la présence féminine.- ça me rappelle un des sketchs des inconnus, ils ont ramené pour le tournage d’une série, deux noirs, en disant qu’il faut respecter le cota !-
Ils affichaient tous le même sourire. Deux femmes ont pris la parole, pour dire qu’au sein du parti, on respecte la femme, on lui donne sa chance, et tout le bla bla habituel ; tiens, c’est elle-même qui s’occupe des affaires des femmes et des enfants !!!!
Ce discours me révolte. Si on estime qu’on donne une chance à la femme en la nommant à un poste politique c’est déjà une discrimination, ce n’est pas une chance !! La femme est égale à l’homme, alors pourquoi toujours la nommer responsable des femmes et de la famille ? N’a-t-elle pas le talent de faire autre chose ? Le comble, c’est que ces femmes étaient contentes et fières. C’est pas que j’aie envie de faire ma féministe, mais j’ai pas pu gober leur discours, ça ne me parlait pas !
Les réponses aux questions des participants étaient très vagues et passaient tout le temps à côté du but. Autant les interventions des professeurs étaient pertinentes et intéressantes, autant le discours des politiciens était mielleux et à côté de la plaque, dire à quel point la théorie et la pratique divergent !
Avant la fin de la séance des questions, et en présence de la Reine Nour , on a senti des va et viens bizarres dans la salle, les organisateurs semblaient perturbés mais personne ne comprenait pourquoi.
Quelques minutes après, le mystère est tombé. Les représentants du front islamique qui devaient venir se sont excusés, et pour cause à ce désistement, la présence des deux participants israéliens. A noter que ce meeting était prévu depuis au moins deux semaines et que le parti avait confirmé sa participation, sachant pertinemment qu’au sein des participants y’avait deux israéliens. Tout le monde était déçu. Est cela le message de l’Islam, refuser le dialogue ?
La position du Front Islamique a perturbé un peu la salle, tout le monde s’est dirigé vers Nikita et Inna, les participants israéliens ; pour exprimer leur indignation. On voulait vraiment écouter leur message et comprendre leur discours, mais encore une fois, le radicalisme l’emporta.
La séance s’est terminée par la prise d’une photo de groupe avec la Reine Nour qui a parlé avec toute modestie avec certains participants qui l’ont abordé. Je la trouvais toujours très belle, mais en vrai, elle l’est encore plus.
à suivre

One Year ago…

Le 15-12-05, j’ai écrit : Silence, on tourne.

 

Repost 0
10 décembre 2006 7 10 /12 /décembre /2006 21:07

Les cours se sont poursuivis, les travaux d’ateliers ont commencé. Le but était de profiter de la présence de jeunes venus des 4 coins du monde, ayant des backgrounds très différents mais ayant tous un intérêt commun pour le Moyen Orient. On me posait souvent la question : alors tu fais Sciences Po ? Euh…non, je suis médecin. Je n’étais pas la seule « non sciences Po » de la formation. Les participants avaient des backgrounds qui n’avaient rien à voir avec la politique : Il y’avait des dentistes, des pharmaciens, des étudiants en médecine, des étudiants en diplomatie, en théologie, des journalistes…Tous, jeunes leaders dans leurs sociétés, et ayant tous envie de débattre de l’avenir de la démocratie au moyen orient.
Le Maroc fut cité à plusieurs reprises comme étant un bon exemple à suivre. Voici un pays qui a su démocratiser l’Islamisme et qui a pu intégrer un parti comme le PJD. J’étais vraiment surprise d’entendre ça de la part d’un diplomate américain qui a été coincé par les questions sur la situation en Iraq, mais qui a justifié fermement la présence des troupes américaines sur place. 
’Au Maroc vous êtes gâtés’ voilà ce qu’est venu me dire un Professeur Egyptien diplômé de la Sorbonne  après une présentation que j’ai faite sur les challenges politiques au Maroc. Il m’a confessé sa grande admiration pour le PJD et surtout pour la personne de Saad Eddine El Othmani.
J’eus après, une longue discussion avec un Allemand qui travaille au sein de la fondation Konrad-Adenauer-Stiftung, concernant les perspectives des élections en 2007. J’étais très surprise par l’intérêt qu’il porte à ce sujet.
Une autre Allemande m’a abordée pour me parler de Nadia Yassine. Elle a vu un documentaire sur elle et semblait être très intriguée par sa démarche.
Le Maroc est au cœur des débats, les pas que nous sommes en train de faire se font sentir. Le Maroc représente pour un tas de pays un exemple réussi de tolérance et de démocratie. Les israéliens ont beaucoup de respect pour la cohabitation entre juifs et musulmans dans notre pays, les européens sont très intéressés par l’expérience socio-politique que nous sommes en train de vivre, et les regards sont tous tournés vers les prochaines élections. Les états unis donnent l’exemple du PJD pour illustrer ce qu’ils entendent par modération, et encouragent les autres pays, notamment au moyen orient de suivre cet exemple. Et nous marocains ?
J’ai critiqué dans plusieurs posts le système de santé dans le pays, j’ai soulevé des injustices qui m’ont révoltée dans la société, on m’a même accusé de donner une mauvaise image du Maroc.  Mais durant ce dernier voyage, j’ai palpé à quel point c’est important de pouvoir au moins dire que ça ne va pas quand ça ne va pas !!! Pouvoir s’exprimer et dire qu’on n’est pas d’accord. Les autres n’ont pas encore cette possibilité.  
Chez nous, ça critique, ça bouge, chacun dit ce qu’il pense. On attaque les islamistes, on leur colle des étiquettes, ils ripostent, et ça répond !
Plus je voyage, plus je réalise la chance que l’on a. Le Maroc est un pays qui reste privilégié sur un tas de fronts, nos pas sont encore timides, mais comparés au reste du Maghreb et du moyen orient, le Maroc a franchi des pas géants, et il faut vraiment en être très fier !
Pour rester dans le Maghreb, la Tunisie était présente aussi. La problématique de l’interdiction du Hijab a été soulevée. Pas de réaction au sein de la population qui semble approuver totalement la nouvelle loi. Aucune protestation, aucune manifestation, comment cela est ce possible dans un pays qui a comme religion officielle L’Islam ?!
Imaginez l’impact d’une telle décision sur la population marocaine ? ça me rappelle les deux marches qui ont eu lieu en 2003 je pense, une pour défendre la cause de la Moudawana , tenue à Rabat et une autre qui a eu lieu à Casa et qui était contre les modifications qu’allaient apporter la Moudawana.
Beaucou p de gens nous envient pour ce qu’on a, alors soyons fiers d’être là où on est.

Loin des conférences, Anas l’israélo-palestinien est venu me faire écouter les chansons du mariage de son copain, juif d’origine marocaine. C’était un mariage marocain, avec Chaabi, lalla laaroussa et tout le tralala. Il m’a dit que les mariages des juifs d’origine marocaine sont les meilleurs ;-). Ça m’a fait drôle de savoir que même à Tel Aviv y’a des mariées qui doivent porter des multitudes de caftans et déambuler sur la Amaria. Merci Anas pour l’info.
à suivre…

Repost 0
8 décembre 2006 5 08 /12 /décembre /2006 17:59

Réveil tôt le matin, je croise un soudanais dans le couloir, on s’échange quelques mots puis on descend prendre le petit déjeuner. Je m’assoies près d’un iraquien, à côté d’un libanais, en face d’une égyptienne, pas loin, une turque, une autre marocaine, un palestinien, un algérien, un tunisien, deux israéliens, une iranienne et puis un sud africain…un super melting pot, les discussions s’engagent dès les premières minutes, le groupe est très enthousiaste. Le bus est là. Départ vers le siège de l’université.
Je fais la connaissance de Anas, un palestinien vivant à Tel Aviv, de Aussama un étudiant en médecine à Baghdad, la petite clique commence à se dessiner.
Au siège de l’université, les mesures de sécurité sont effrayantes, on nous fouille nos sacs, nos poches, au début ça inquiète, mais on s’y habitue.
Le reste du groupe nous attendait, plus de 30 jeunes venus d’Allemagne, du Canada, des états unis, d’Angleterre, d’Indonésie, du Japon, d’Italie, tous résidents en Jordanie. Y’en a qui étudient l’arabe, y’en a qui enseignent dans les centres de langues, tous avec un point commun, un engouement pour le moyen orient.
Le staff des professeurs est subjuguant, de Wisconson à Ramallah, passant par Tunis, Le Caire,Tel Aviv et Nairobi, sans oublier les professeurs Jordaniens. Une équipe très sympathique, qui a envie d’échanger plus que d’étaler ses connaissances.
La formation intitulée “Youth Leadership, the Politicization of Religion, and the Future of Democracy in the Middle East” s’est tracée comme objectifs de comprendre et de connaître les grandes divergences entre la religion et la politique et identifier leur impact sur l’avenir de la région, de débattre de la situation actuelle au niveau du moyen orient, pour identifier dans un second temps les défis qui entravent l’établissement de la démocratie au niveau de la région.
Les conférences du matin nous ont mis rapidement dans le bain,  « Political Islam,Emerging Circumstances and Political Impact” by Dr. Musa Shteiwi, Director of The Jordan Center for Social Research, suivie par  une intervention super intéressante de Dr. Andrew Austin, University of Wisconsin-Green Bay sur ‘Christian’ Neo-fundamentalism, Democracy Promotion and US-Foreign Policy in the Middle East’ et puis l’intervention de Dr Shlomo Avineri de Hebrew University of Jerusalem, sur ‘Israel: Secularism Versus Religious Fundamentalism, Arab-Israeli Disputes, and the Future of the Peace Process.’
Une très grande diversité, un échange très intéressant et des opinions très divergentes. Ça bouillonnait dans tous les sens, le moyen orient est au cœur du débat, chacun expose son plan pour sauver la région. La matinée fut vraiment géniale.
Les conférences se sont poursuivies, les discussions aussi. Celles tenues dans le bus et dans les chambres me semblaient plus enrichissantes.
J’ai appris énormément de choses, j’ai appris qu’on ne peut pas appeler la Palestine du Liban, j’ai appris qu’il y’a des pays qui interdisent leurs citoyens d’entrer en Israël comme le Soudan et l’Iran, j’ai appris que si tu as un timbre d’entrée en Israël sur ton passeport les Syriens ne te laisseront jamais entrer chez eux, bref, un tas de petits détails que nous maghrébins ignorons sur le moyen orient malgré notre intérêt pour la région.
J’étais aussi surprise de voir que les participants ne connaissaient pas grand-chose sur le Maroc ou l’Algérie, disons qu’ils se foutaient un peu du maghreb. Ils justifiaient ça par le fait qu’ils ont assez de problèmes chez eux, qu’ils ont à peine le temps de s’occuper d’eux même…
Les expériences personnelles échangées étaient très émouvantes, Jihàd le sud africain nous a raconté comment il a vécu jusqu’à l’âge de 12 ans dans la discrimination raciale, comment il a eu peur quand il est monté dans un bus de ‘blancs’ pour la première fois de sa vie, comment jusqu’à aujourd’hui il souffre d’être une minorité ; contrairement à Anas le palestinien porteur d’une identité israélienne qui se plait bien à vivre comme minorité dans une société juive où il a pu s’intégrer sans problème…
Aussama l’Iraquien nous a raconté comment sa vie a basculé après l’arrivée des Américains, comment ils vivent avec 2 heures d’électricité par jour, comment il passe des semaines chez lui à cause du couvre feu. Aussama avait un billet Aller sans retour, il est resté coincé en Jordanie plus d’une semaine après la formation parce que l’aéroport de Baghdad était fermé.
tant d’histoires, douloureuses, choquantes mais vraies se sont échangées dans les ruelles bruyantes de Amman…Ce n’est que le début…
A suivre…

Repost 0
7 décembre 2006 4 07 /12 /décembre /2006 23:06

Après plus de 5 heures de vol, avec un retard comme à l’accoutumée ; arrivée enfin à l’aéroport Queen Alia de Amman. Le climat qui vous accueille est très sec. Longue file d’attente. Arrivée devant le premier desk. Caméra et échange ferme et quasi inquisiteur. Encore le même refrain, visa non valide et tout le blabla. Prise de photo puis passage au poste de police. J’attends plus de dix minutes, le temps qu’un autre monsieur récupère mon passeport de chez le premier. Avalanche de questions. Qu’est ce que tu fais, pourquoi tu viens ici, qui c’est qui t’a invité, elle est où l’invitation, c’est quoi le but de cette formation, qu’est ce que tu fais comme études, est ce que tu vis à Paris, avec qui tu vis au Maroc, tu étudies dans quelle université, est ce que tu comptes t’installer à Amman, est ce qu’il y’aura quelqu’un pour t’attendre, tu logeras où, c’est quoi cet hôtel, c’est où exactement, c’est ta première fois en Jordanie ? Bienvenue.
Je respire enfin, quelle sensation. Aussitôt un autre flic m’intercepte, même scénario, mêmes questions et même ton inquisiteur. Drôle de sensation.
Je me libère enfin, ils ont pu réaliser que je n’étais pas le serial killer qu’ils cherchaient, ni celle qui compte bombarder le centre de Amman, et qu’après 40 minutes de questionnage intensif, je tenais toujours à mon identité !!!
Les bagages sont là, le chauffeur aussi. Il n’arrête pas de se plaindre, ça fait des heures qu’il attend, des heures qu’il fait des allers-retours pour déposer les participants à l’hôtel. Premier réflexe, aviser les parents de mon arrivée. Et voilà que le roaming ne marche pas, tout ça, sachant que j’ai appelé le service roaming la veille de mon départ pour leur demander si la Jordanie rentrait dans leur réseau. Je demande au chauffeur de me conduire à un endroit où je pourrai acheter une carte. Amman brille de lumières, le bruit des klaxons envahit ses larges avenues, petite pensée à Rabat qui dort à 21h. La première impression est très agréable, les avenues sont très larges, et la ville semble propre à ma grande surprise. Y’a trop de ponts et trop de panneaux publicitaires, tout est écrit en grand format de manière à agresser la vue.On arrive sur place. Je rentre à un magasin. Contact facile. Je prends une puce Fastlink parce que j’aime bien le nom. On me taxe 12 Dinars.
Alors première surprise à l’aéroport, 1 Dinar Jordanien équivaut à 12 Dirhams marocains !!!
J’arrive à l’hôtel toute contente. Je dépose mes bagages et j’appelle mes parents. Et là surprise, sur le dos du paquet de la carte téléphonique, je trouve écrit : prix 10 Dinars !!! Ça commence bien ! Deuxième surprise : le premier jordanien que je croise m’arnaque !
Je descends dîner, je demande auprès du reste du groupe, ils sont tous sortis.
Je décide donc de dormir, et demain est un autre jour…Bienvenue à Amman.
A suivre…
One Year ago…
07-12-05, j'ai écrit: L'individu Marocain et la Théorie de Fantomas.

Repost 0
6 décembre 2006 3 06 /12 /décembre /2006 22:40

Aéroport Mohamed V, toujours les mêmes mesures de sécurité. Je déteste les aéroports.
Desk d’enregistrement, l’hôtesse me regarde et demande à voir le visa sur mon passeport, elle n’arrivait pas à le retrouver. Elle contemple mon passeport, et appelle une collègue, elles commencent à chuchoter et à me regarder bizarrement. Elle revient me voir et m’annonce : Ce visa est périmé !

 

Je suis restée bouche bée. Elle a confondu deux dates et hop elle me balance que mon visa n’est pas valide. Ça commence bien.
Enregistrement effectuée avec toujours la même hantise dans les vols à escales, La perte des bagages !!
Je rentre pour passer la douane, et là, les questions tombent encore :
-Qu’est ce que vous allez faire en Jordanie ?
-Participer à une formation avec l’université des nations unies.
-Est-ce que c’est la première fois ?
-Oui.
-Est-ce que vous faites vos études là bas ?
-Non
-Vous faites quoi dans la vie ?
-Etudiante.
-En quoi ?
-Médecine.
-Vous partez via Paris, vous avez un visa Schengen ?
-Oui
-Votre Visa pour la Jordanie n’est pas valide !
-Quoi ? O_o
-En plus il y’a des ratures, et y’a pas de cachets dessus !!!
-Euh ?
-Votre carte d’identité !
-d’habitude je ne la ramène pas avec moi-
On me laisse traîner un peu, puis on me laisse passer !!
Je ne pensais pas qu’on allait tant me faire chier. Je ne comprends toujours pas pourquoi !
Embarquement sur un vol de Air France à destination de Paris. Retard de plus de 45 min en l’attente d’un papier que le staff de l’aéroport a tardé à livrer. Attente interminable qui risque de me faire rater ma correspondance vers Amman !
Arrivée enfin à l’aéroport Roissy Charles de Gaulle. On nous attend à la sortie de l’avion pour faire vite, mais on n’échappe pas aux mesures de sécurité, on me confisque ma crème et mon déodorant et puis hop, nous voilà à la salle d’embarquement.
On fait passer mon billet, et là, la machine se déclenche, un signal d’alarme !!! Encore !
-On a du courrier pour vous Madame.
L’adorable mehdi7 a fait le déplacement à l’aéroport pour me déposer une thèse de médecine dont j’avais besoin. Je ne le remercierai jamais assez pour sa gentillesse et son amabilité. Je récupère le document et j’embarque à nouveau, destination Amman…
A suivre…
Repost 0
5 décembre 2006 2 05 /12 /décembre /2006 21:20

L’université des nations unies et l’institut international de leadership basé en Jordanie ont organisé du 20 au 24 Novembre un cours au profit de 40 jeunes venus des 4 coins du monde, à propos de la politisation de la religion au niveau de la région du moyen orient.
Envoi de CV, de lettre de recommandation, de lettre de motivation, etc…et puis voilà, on me contacte pour démarrer les préparatifs du voyage.
Je fais une petite recherche sur internet pour voir si on a besoin d’un visa pour aller en Jordanie, positif. J’appelle l’ambassade pour savoir quels sont les documents nécessaires pour déposer la demande de visa.

-Allo, bonjour, je voudrais savoir quelles sont les pièces à fournir pour déposer une demande pour le visa.
- C’est pour qui ?
- c’est pour moi.
- vous avez quel âge ?
- 24 ans
- vous avez besoin de l’autorisation du ministre d’intérieur jordanien pour déposer votre demande.
-Euh ? Le ministre d’intérieur !! Ô_ô. J’y vais pour une formation avec l’université des nations unies, j’ai une invitation et une recommandation des nations unies !!!
- Venez et on discutera sur place.

Je me déplace alors à l’ambassade, ambiance très orientale. La décoration du hall est très imprégnée des couleurs jordaniennes. Une poignée de gens attend. Anarchie totale, pas de file, pas de ticket pas du numéro. Un homme placé derrière un comptoir me demande de m’asseoir. J’observe les mûrs, des articles de presse, des posters de Jordanie, des photos du Roi Hussein et du Roi Abdullah, avec un petit papier affiché sur tous les murs indiquant la gratuité du visa pour les marocains.

-Qu’est ce que vous voulez ?

Je regarde à droite et à gauche et je devine que cette voix interpellant à plus de 80 m semble me parler.
Je me lève et me dirige vers lui.

-C’est moi qui vous ai appelé tout à l’heure, j’ai ramené l’invitation.
- Euh, ça ne me regarde pas, il faut voir avec le consul. Il sera là vers midi. Revenez le voir.

Il aurait pu me dire ça au téléphone !! Non.
Je pars chez moi et je reviens vers 13h. Même décor, deux femmes attendent. L’une attend son visa pour rejoindre son mari en Jordanie, elle demande à l’autre où ce qu’elle habite, elle lui donne le nom d’un quartier puis enchaîne en décrivant ses nuits à la discothèque où elle danse. Je ne sais pas pourquoi je me suis sentie hyper mal à l’aise.
Le consul débarque enfin. Un chapelet à la main, il scrute les présents. Je me lève et me dirige vers lui, je lui présente mon invitation. Il me demande de leur dire de faxer un document officiel à l’ambassade.
Pourquoi ça doit être si compliqué pour aller à un pays arabe ?!!!
Le lendemain les organisateurs faxent les documents nécessaires et me demandent de me présenter à l’ambassade pour avoir mon visa.
Après quelques heures d’attente, un accrochage avec le responsable d’accueil ; j’obtiens un visa plein de ratures et de Blanco…
Ah ces arabes…
à suivre…

Repost 0