Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 août 2006 1 21 /08 /août /2006 16:49

Post dédié à toutes les familles des anti-inflammatoires
Fkhater Diclofénac ;-)

Journée ordinaire à 7allouf land. Des consultations, des consultations et encore des consultations.
Une septuagénaire se présente, dos courbé par la maladie, traits affligés par la douleur. Chaque ride de son visage semblait cacher une histoire, une histoire triste… De ses traits se dégageait une grande amertume. Sur son petit visage lenticulaire se lit une vie pleine de déceptions, de sacrifices, de dévouement, d’échecs…
Elle a mal, et la douleur la ronge de plus en plus. Ses articulations ne supportent plus ces longues heures passées au service des autres. Elle formula ses peines en quelques mots et se tut.
Je l’examinai. Je lui prescris quelques médicaments. Elle quitta sans dire un mot.

Quelques jours après…

Journée ordinaire à 7allouf land. Des consultations, des consultations et encore des consultations.

Au suivant…
Elle rentre. Même courbure du dos. C’était elle…
Je n’ai pas pu m’empêcher de sourire en la voyant entrer… Ses petits yeux sombres étaient bien mis en valeur par ce Khôl qu’elle soigneusement mis autour de ses prunelles. La couleur de sa djellaba était plus gaie, et puis son visage était lumineux.
Certes les rides y étaient toujours, mais on sentait la libération de la douleur. J’avais devant moi une autre femme, une femme soulagée…
Elle était contente, ses articulations ne souffraient plus et elle est revenue me remercier.
Elle m’a dit qu’elle m’a envoyée tous les malades de sa famille, je suis devenue médecin recommandée :p
Et pour les encourager à venir me voir elle leur a dit : « hadik tbiba zina, dayra ki chouwaffa, 3erfat chnou 3endi bla manhder, sirou 3endha, choufou nnour 3la wejha, raha chouwaffa »
« Cette doctoresse est compétente, c’est une voyante, elle a su ce que j’avais sans que je dise un mot, son visage est lumineux, c’est une voyante ».
Fou rire.
Et voilà qu’un jour, après tant d’années d’études, je me vois nommée Chewaffa en chef par l’une de mes patientes, c’est un compliment qui me va droit au cœur, Merci.
Mais ce qui fait le plus plaisir dans tout ça, c’est de voir un malade soulagé de ses maux, quoi que je vous dise, je ne pourrai jamais vous décrire ce sentiment…quoique, j’ai d’autres anecdotes à raconter à ce propos, peut être dans un autre post ;-)
A suivre, CCV’

Repost 0
20 août 2006 7 20 /08 /août /2006 00:09

Journée bio, placée sous le signe de la marche.
Retour en bus. Ambiance normale. Un chauffeur. Une dame pour vous donner les tickets. Des passagers. Encore des passagers.
En route. Et puis PAAAAAAAAAAAAAAAFFFFFFFF ! ou plutôt Baaaaaaaaaaak. Oups, je suis nulle en matière d’onomatopées !!
Bruit d’origine indéterminée. Apparemment une pierre. Mais une grosse ;-)
Elle a failli me casser la gueule, mais fallait viser 5 cm plus haut.
Le chauffeur s’arrête en plein milieu de la rue. Laisse le bus, la dame des tickets, les passagers et les passagers, et court court court rattraper les gosses qui ont failli me casser la gueule !
On était là, tous, en plein milieu d’une avenue à Rabat, avec un bus en marche, et un chauffeur qui devenait de plus en plus petit en courant, puis il a disparu.
On se regardait tous, genre qu’est ce qui se passe ?
Des passagers rigolaient en arrière, et moi, ben c’était le fou rire. On a dû me prendre pour une chtarbée !
Quelques minutes après nous avoir livré à notre ébahissement, le chauffeur revient, tenant dans sa main un môme de 90 cm environ. Le garçon était un peu surpris, il ne s’attendait pas à ce que le chauffeur le rejoigne. Nous aussi d’ailleurs. Tout le monde était surpris.
Les passagers se sont tous mis à gronder le petit. Puis le chauffeur l’a relâché. Reprise.

Repost 0
Published by Manal - dans Coups de coeur
commenter cet article
18 août 2006 5 18 /08 /août /2006 20:40

Au nom de la liberté d’expression, un concours de caricatures ayant pour thème le génocide juif lors de la 2ème guerre mondial, a été lancé par un quotidien Iranien en Février dernier.
Les résultats sont là. Plus de 200 planches dans une exposition à Téhéran. Réplique ?
La presse occidentale est réticente. Certains parlent d’une horreur, d’autres considèrent que c’est regrettable de voir ce genre de caricatures…et pourtant !
Quelques mois auparavant, et au nom de la liberté d’expression- peut être pas la même-, le journal danois JP avait publié des caricatures du prophète Mohammed, ayant divisé le monde en deux clans ! Ceux qui prônent la liberté d’expression et qui se foutent du respect de la religion musulmane, et ceux qui condamnent la publication de ces caricatures, et même sa reprise par plusieurs journaux européens, prônant ainsi le respect et la tolérance.
Débat très épineux. Débat qui reprend ces jours avec l’exposition de caricatures sur l’holocauste.
La France condamne ces caricatures, alors que le groupe France soir avait republié les caricatures du prophète. Paradoxe.
Manek Weintraub, membre du bureau exécutif du Conseil Représentatif des Institutions juives de France, affirme qu’il n’y a pas d’humour possible avec la Shoha  !!! – Lisez l’entretien-.
Le Mémorial de l'Holocauste de Yad Vashem a demandé mardi à la communauté internationale de réagir à cette exposition.
À noter que les trois "meilleurs" dessins, désignés par un jury, seront récompensés par des primes de 5.000, 8.000 et 12.000 dollars.
Alors caricatures pour le fun ou pour appeler à la haine raciale ? Jusqu’à quand devrions nous s’entretuer intellectuellement ?
Difficile de trouver les caricatures iraniennes sur le net, par contre, celles publiées sur le prophète étaient et sont encore faciles à dénicher !!!!
L’exposition aura lieu jusqu’au 13 Septembre.
Pour plus d’info.
http://www.irancartoon.com/

Repost 0
Published by Manal - dans Débat
commenter cet article
17 août 2006 4 17 /08 /août /2006 02:26

"Parlez vous Sbitarien ?" Un article à lire avec un grand sourire ;-)

 

 

Les étudiants en médecine casablancais ont autant le sens de l’humour que celui de la communication. Le Conseil des étudiants en médecine de Casablanca (CEMC), qui vient combler un vide en matière de représentation des étudiants et de participation à la prise de décision, vient en effet de publier le premier numéro de «Toubib or not to be», le journal de la Faculté de médecine et de pharmacie de Casablanca.
Le ton de ce journal, publié sous la forme d’un magazine d’honnête facture, «se veut léger et acéré, simple mais efficace (…) truculent, haut en couleurs et assumant, sans complexe, l’entrecroisement de langues qui fait la richesse (…) de notre culture. De la darija, du berbère, de l’anglais viendront de temps à autre à la rescousse d’un français souvent incapable d’exprimer seul toute la complexité de certaines réalités…»
Au rayon dérision, on se délectera donc de l’article intitulé «Métaphysique de la blouse blanche» dans lequel Roukaya Benjelloun, 5e année, se demande pourquoi le service de néonatologie est-il situé à plus d’un kilomètre de la maternité? «Parce que, ironise-t-elle, une étude menée en triple aveugle (des yeux, du cœur et du bon sens) a montré que 98% des bébés préféraient le confort spartiate d’une ambulance branlante à la douce chaleur du ventre de maman». Ou alors parce que «les généticiens viennent d’identifier un gène existant uniquement chez les citoyens du plus beau pays du monde, le XB2démerdetoitouseul, capable de s’activer dès la sortie de la filière génitale»
Au rayon sémiologie et linguistique, on suivra avec intérêt la rubrique «Do you speak sbitarish» (Parlez-vous sbitarien ?) dans lequel Sanaâ Touil, étudiante de 4e année, essayera de «chercher les mots les plus fréquemment entendus et utilisés dans le milieu hospitalier marocain et trouver par la même occasion leurs significations exactes, sinon approximatives dans le jargon médical».
Exemple : la tête de l’humérus se dit en marocain «erroummana», la grenade. Ceux qui ont déjà eu l’occasion de voir une tête d’humérus apprécieront la logique de l’appellation. Quant au coccyx, les apprentis médecins finissent plus ou moins vite à le reconnaître sous l’appellation «aadim ttéw», ce qui pourrait se traduire par le petit os du croupion…
Le témoignage des étudiants vient confirmer le bien-fondé de cette rubrique lexicologique. C’est par exemple l’histoire d’Amal B., qui prépare actuellement le concours d’internat, et qui s’est un jour trouvée confrontée, en rhumatologie, à une patiente qui faisait état d’analyses ayant révélé 3 grammes de «brouda», littéralement de froid, dans le sang. Pour Amal, le mystère demeure entier dans la mesure où aucun des marqueurs correspondant aux pathologies rhumatismales n’est dosé en grammes.
C’est aussi celle de Manal B., qui raconte dans son blog avoir mis quatre ans à comprendre que dans le langage populaire, «moujloud» signifiait abcès, qui ne sait toujours pas quel mal désigne ce «boukebbar» dont ses malades lui parlent tout le temps et qui s’est résignée à entendre désigner par «boumezoui» toute la gamme des douleurs abdominales : gastro-entérologiques, péri-ombilicales ou épigastriques.
C’est ainsi que Manal s’est fait un devoir de reproduire sur son blog, à destination des nombreux apprentis médecins qui la lisent régulièrement, la première liste de termes publiés dans «Toubib…»
Cela dans la mesure où, souligne Amal, il est important de pouvoir reconnaître les termes utilisés par les malades lorsque ceux-ci se rapportent à un symptôme unique.
Amine Arsalane, étudiant en 4e année et membre du comité de rédaction de cette revue, s’empresse toutefois à préciser que la compétence du médecin permet de dépasser tous les problèmes de communication.
Il demeure pourtant, témoigne Amal, le cas de ces malades exclusivement amazighophones pour qui les problèmes de langue prennent vite la dimension d’un calvaire, «lorsqu’il n’y a pas dans les parages, précise-t-elle, un médecin ou une infirmière de bonne volonté pour servir d’interprète»

 

Repost 0
15 août 2006 2 15 /08 /août /2006 18:21



Je viens de recevoir un mail de la part d’une copine qui appelle au boycott des produits américains. Ce n’est pas le premier ni le dernier mail dans le genre. Mais les circonstances actuelles m’ont dictée un moment d’arrêt pour réflexion, que je veux collective.
Je n’y ai jamais pensé sérieusement, pour moi, ça ne servira peut être à rien.
J’avoue être totalement ignorante de l’impact que cela puisse avoir sur l’économie américaine, certes si je me passe de mon Mc Chicken ou de ma canette de Coca, le vrai impact se verra sur ma ligne !
Mais au-delà de ces éventuelles restrictions junko-gastronomiques, et si durant une journée le monde entier décide de boycotter les produits américains, que se passera-t-il ?
Les appels au boycott s’appuient souvent sur des chiffres, difficilement vérifiables ! Par exemple, le mail que j’ai reçu rapporte que si on n’achète pas de produits américains durant un mois, cela amputera leur balance économique de plus de 8,6 billions de dollars ! Bref, un chiffre avec d’interminables zéros derrière ! Est-ce vrai ? Est-ce possible ? J’en sais rien.
J’ai beaucoup d’amis qui ne mangent pas au McDo pour ne pas contribuer à enrichir les Etats-Unis ; c’est peut être un argument qui se tient, mais qui ne m’a jamais semblé très convaincant.
Je pense toujours à tous ces employés marocains qui bossent dans les firmes américaines ayant des licences pour exercer au Maroc. J’ai l’intime conviction que la pizza préparée à Pizza Hut, utilise des tomates marocaines, et permet au moins d’assurer un emploi plus au moins digne à 3 ou 4 jeunes marocains.
Mais mon innocente analyse peut être totalement erronée. Et du coup, la pizza servie serait un produit 100% américain, ou plutôt 50% dans la mesure où la main d’œuvre est Marocaine.
Le 1er Mai dernier ; les latino-américains vivant aux états unis ont appelé à un grand boycott des produits américains pour défendre la cause des immigrants.  Certaines sources estiment que plus d'un million de personnes ont participé aux manifestations del Gran Paro Americano.
Selon la Los Angeles County Economic Development Corporation, le boycott a eu un impact de 52 millions de dollars sur l'économie de Los Angeles, soit 4,3 % des 1,2 milliards quotidiens générés par l'économie. L'impact du boycott s'est fait le plus ressentir parmi les communautés Hispaniques où vivent la plupart des immigrants illégaux.
Les organisations de défense des immigrés, majoritairement latinos, aux Etats-Unis ont voulu paralyser l'économie américaine pendant un jour en refusant strictement de travailler, d'étudier, de consommer.  Ils n’y sont pas tout à fait arrivés, mais au moins, il y’a eu un impact.
Dans ma tête, quand je paie le Coca, c’est bien des marocains qui en profiteront. A aucun moment je ne considère que mes 4,80 Dhs contribueront à l’achat d’une arme pour détruire les palestiniens, ni appuieront l’essor économique au seul pouvoir politique mondial.
Je bois mon Coca, je me désaltère, avec une conscience tranquille. Mais je peux baigner dans l’erreur ; alors qu’est ce que vous en pensez ?

Repost 0
Published by Manal - dans Débat
commenter cet article
13 août 2006 7 13 /08 /août /2006 23:24

La guerre.
Beaucoup de blogs ont été créés pour transmettre les pensées de libanais et d’israéliens. Lire leurs lignes est un voyage au cœur de la région, loin des médias et des chaînes télé.
J’ai parcouru quelques uns. En voilà des extraits :

 

An Israeli doctor 
 
« 
We all want peace. I marched for it, voted for it, and need it so since I am raising my small children - the fourth generation born to this conflict. I don't want my children to go to the army, to fight wars for politicians and hatred. I want them to grow to a better world. I want them to learn and create, love and smile. I am sure my parents wanted the same for me, when I was small I talked about war with my parents. War seems glorious when you are a child feeding on TV dramas and computer games. I always heard them say that they hope I would not have to go to the army and to war. Years passed. I was drafted in another foolish age when boys want to be men. I became a paratrooper and fought. I understood war from the eyes of a simple infantry soldier. I know now that war is suffering. Suffering of the poor, of the powerless, of the ones dying for the benefit of the strong and the rich.
I decided to become a doctor. To bring healing to the world. To do good. I am writing here for people who think war is glorious. I am writing for my children and for our future in this world.
I am hugging them quietly every night hoping to keep them innocent, small, happy. My son begins to see war as a glorious thing. I will probably be called upon to this war if it will continue.
I am afraid.” lire la suite...

Live From Beirut. 
1,071 Dead
3,628 Injured
973,334 Displaced

And that's in just 33 Days since attacked . Makes for good reading. Today was a predictable day. Both sides agree to ceasefire but Israeli steps up its attacks on . At about 2pm today we were sitting hoping for some calm and then in the space of one minute 18 bombs dropped, earthquaking in power and massive in sound. Smoke rises again from the southern suburbs, this time the district of Rweiss. Is this what is? A show of final force by the Israelis before they have to 'cease fire'. Gain the highest advantage with which to bargain with. Please. I am more negative now than I was the other day.” Lire la suite...


Isreali Women.

"
I wanted to bring today a couple of stories I got by email from an Israeli NGO that protects animal rights. When humans suffer so much the animals are forgotten. The volunteers of this NGO had to risk their lives and drive a couple of times to northern cities to rescue cats and dogs that were left behind when their owners had to flea their homes. One dog owner in Naharia alerted the NGO that his dog was left in the house tied with a leash a week ago. They found the dog in a horrible shape, dried and hungry and all her body was full of scratches. In Zefad they rescued a dog that spent 2 week under a car during rockets falling, feeding her 8 puppies. 3 other dogs in the city that were left without food and water in a barred house were found dead and the apartment was stinking of their corps. In Acko a dog was hit by a rocket and seriously wounded, he was treated by a volunteer vet. These things never get to the news as well." Lire la suite...


A Lebanese doctor.
"My second cousin is in the army. Or was.
He was stationed in Tyre , to man a prehistoric anti-aircraft gun that could only intimidate migrating birds.
He heard Israeli choppers flying in to drop commandos in a civilian area.
We don't know if he actually managed to get a round fired off or not.
Moments later he became a charred body in a destroyed vehicle.
In my heart, I know his death served no purpose.
He is fodder to the raging inferno of death and hate sweeping , leaving ash and dust in its wake.
But when his toddler kids grow up, and ask me what happened in 2006, I will say he died a hero.
Would they understand the truth? Would they forgive us if they did?" Lire la suite...

Les posts varient d’une rive à l’autre, et c’est très enrichissant de faire le tour des deux blogosphères, alors n’hésitez pas à surfer d’un espace à l’autre.

Repost 0
Published by Manal - dans Blogs'bla bla
commenter cet article
9 août 2006 3 09 /08 /août /2006 18:33

Je n’oublierai jamais mon premier cours d’anatomie ; j’étais arrivée en retard ! Erreur fatale.
L’amphi était plein à craquer, une centaine de petites têtes porteuses de lunettes, agglomérées en masse dans la première, deuxième, troisième….dixième rangée ! Mon Dieu, je vais être shootée en arrière et je vais rien voir !
Mais le drame était beaucoup plus grave, j’ai pris mon cours comme j’ai pu :p…et en bonne petite fillette studieuse de première année de médecine, j’ai voulu refaire mes schémas et approfondir mes connaissances sur le sujet. Le «  Flexus Radial », voilà ce que mes oreilles avaient entendue, j’ai cherché à droite et à gauche, de dictionnaire en encyclopédie, Rien. On aurait bien inventé une voix féminine, cousine à celle des boîtes vocales et des gares : il n’existe aucun lien pour votre recherche, veuillez revenir ultérieurement !
Je ne suis pas revenue. Heureusement, j’avais vite réalisé que ce terme n’existait pas et malgré toute la complexité de la terminologie médicale, le flexus radial ne veut rien dire, et ainsi, mon premier cours d’anatomie s’intitulait en vrai : Plexus Brachial. J’étais pas loin ;-).
Oh des souvenirs…7 ans de médecine, déjà ! Je me rappelle de ma première année comme si c’était hier, et pourtant, ça fait bien plus de 2555 jours passés entre la paperasse et les couloirs du CHU…
Plus de 7 ans, à découvrir, apprendre et apprendre, des termes barbants, des pathologies compliquées, des cours interminables, des schémas bizarroïdes…huuuuuuuuu !. Mais j’avoue que le corps humain est très intéressant, et je ne regrette aucune heure de cours, ni de recherche que j’ai faite, c’est un plaisir de plonger dans ce monde fascinant.
Syndrome de Noonan, pyrosis, ténesme, épreinte ou encore polyarthrite rhumatoïde, mes petits neurones ont souffert le martyre pour gober ces tonnes de cours !
Et pourtant, face au malade, c’est un autre langage qu’il faut utiliser…notre dialecte commun offre bien des facilités dans ce sens, quand tu dis « Wach fih skhana » « Est-ce qu’il a de la fièvre » tout le monde comprend, le message est reçu 5/5 !!!
Mais des fois, les malades te sortent des termes…euh, je ne sais pas, bizarres, non Beeeeeeeeeeeeeeeezards !!! et là, bienvenue au néologisme national.
J’ai mis 4 ans pour comprendre que « moujloud » voulait dire abcès, c’est un terme qui revient tout le temps, et chaque fois, j’ai la même réaction : yeux grands ouverts, bouche bée, hein ? c’est quoi ? que quelqu’un m’explique l’étymologie de mot, que quelqu’un me traduise sa signification éthno-régionale !!! c’est qui cette « moujloud » ? peut être la femme de « Boukebbar », terme passe partout – je dis ça parce que je n’ai pas encore compris ce ça veut dire- que les malades me sortent à tort et à travers pour dire qu’ils ont mal quelque part !
Par contre, quand c’est des douleurs abdominales – gros chapitre de la gastro-entérologie- ça se résume à « Boumezoui », alors Boumezoui pour les douleurs péri-ombilicales, Boumezoui bis pour les douleurs épigastriques, Boumezoui Biz Biz pour les hypochondres droit et gauche !!! Au moins, là ils limitent le champ d’action, on est bien dans l’abdomen.
Mais mes cours n’ont jamais parlé de ces gens, ni de Boumezoui, ni de Moujloud, ils ont utilisé des termes beaucoup plus complexes pour nous pourrir l’existence. Des fois, j’envie les malades pour la simplicité avec laquelle ils prennent la vie, surtout qu’ils réagissent tous de la même façon : Aw, makat3efich chnou houa Boukkebbar ! C’est Boukkebar ! – Tu ne sais pas ce que c’est que Boukkebar ?-
Alors appel à vous, jeune médecin travaillant à 7allouf Land, nécessite des cours particuliers en terminologie médicale, des volontaires ?

Repost 0
7 août 2006 1 07 /08 /août /2006 00:59

Je me demande si ça vaut vraiment la peine de continuer à rapporter encore et encore mon vécu au sein du centre.
Quand j’ai décidé de partager mes tribulations hospitalières, je n’avais aucune idée de ce que j’allais raconter…au fil des jours, mes textes naissaient d’un vécu amer, et traduisaient en mots ce que je ressentais sur le terrain.
Il y’a deux jours, encore une scène d’insolence s’est produite au sein du centre, un malade déchaîné allait frapper une consoeur sans que le personnel réagisse, c’est devenu « normal » !!
A moi, ça m’a foutu la trouille, surtout que d’autres malades me draguaient sans gêne alors que je traversais le couloir pour aller examiner une patiente.
Raconter. Oui. Mais finalement, y’a des gens qui lisent, et leur raconter toujours la même chose va sans doute les ennuyer.
Raconter. Du nouveau. Oui. Ce n’est pas le même malade qui m’insulte tous les jours !
Et justement, parce que ces choses arrivent tous les jours, ça devient une habitude, et puisqu’on s’y habitue, on ne réagit plus…
Parler parler que pour parler c’est bien, mais ça sert à quoi ?
Les malades resteront toujours les mêmes, les pauvres d’entre eux n’auront pas de quoi acheter leur traitement, et les agressifs utiliseront toujours leurs coups de poing !
Mes écrits ne changeront pas le monde, encore moins la médecine au Maroc. Mes textes ne me protègeront pas quand un malade me menacera de me casser la gueule parce que je refuse de le voir alors que j’examine un autre patient…
Mais mes textes lèveront le voile sur le vécu quotidien de plusieurs médecins, mes textes ont pour but premier d’INFORMER les gens sur ce qui se passe dans les coulisses de l’hôpital…
Je vais donc continuer à raconter, et je me répèterai tant que les choses n’ont pas encore changé…
A suivre, CCV'

Repost 0
4 août 2006 5 04 /08 /août /2006 17:20

                                              
إلى لبنان...


سجل أنا عربي

ورقمُ بطاقتي خمسونَ ألفْ
وأطفالي ثمانيةٌ
وتاسعهُم.. سيأتي بعدَ صيفْ!
فهلْ تغضبْ؟
سجِّلْ!
أنا عربي
وأعملُ مع رفاقِ الكدحِ في محجرْ
وأطفالي ثمانيةٌ
أسلُّ لهمْ رغيفَ الخبزِ،
والأثوابَ والدفترْ
من الصخرِ
ولا أتوسَّلُ الصدقاتِ من بابِكْ
ولا أصغرْ
أمامَ بلاطِ أعتابكْ
فهل تغضب؟

 

 

 

 

سجل!
أنا عربي
أنا إسمٌ بلا لقبِ
صبورٌ في بلادٍ كلُّ ما فيها
يعيشُ بفورةِ الغضبِ
جذوري...
قبلَ ميلادِ الزمانِ رستْ
وقبلَ تفتّحِ الحقبِ
وقبلَ السّروِ والزيتونِ
.. وقبلَ ترعرعِ العشبِ
أبي.. من أسرةِ المحراث
لا من سادةٍ نجب
وجدّي كانَ فلاحاً
بلا حسبٍ.. ولا نسبِ!
يعلّمني شموخَ الشمسِ قبلَ قراءةِ الكتبِ
وبيتي كوخُ ناطورٍ
منَ الأعوادِ والقصبِ
فهل ترضيكَ منزلتي؟
أنا إسمٌ بلا لقبِ!
سجل!
أنا عربي
ولونُ الشعرِ.. فحميٌّ
ولونُ العينِ.. بنيٌّ
وميزاتي:
على رأسي عقالٌ فوقَ كوفيّه
وكفّي صلبةٌ كالصخرِ
تخمشُ من يلامسَها
وعنواني:
أنا من قريةٍ عزلاءَ منسيّهْ
شوارعُها بلا أسماء
وكلُّ رجالها في الحقلِ والمحجرْ
فهل تغضبْ؟
سجِّل
أنا عربي
سلبتَ كرومَ أجدادي
وأرضاً كنتُ أفلحُها
أنا وجميعُ أولادي
ولم تتركْ لنا.. ولكلِّ أحفادي
سوى هذي الصخورِ..
فهل ستأخذُها
حكومتكمْ.. كما قيلا؟!!
إذن!
سجِّل.. برأسِ الصفحةِ الأولى
أنا لا أكرهُ الناسَ
ولا أسطو على أحدٍ
ولكنّي.. إذا ما جعتُ
آكلُ لحمَ مغتصبي
حذارِ.. حذارِ.. من جوعي
ومن غضبي!!

 

 

 

 

 

 

 

 

محمود درويش

 

 

 

 


Repost 0
4 août 2006 5 04 /08 /août /2006 16:48


Aujourd’hui le Maroc a mené une enquête sur le monde des blogs, et plus particulièrement les blogs marocains !
On a même parlé du mien ;-), alors à vos kiosques !
Les aventures à 7allouf Land continuent, ne zappez pas.

Repost 0
Published by Manal - dans Blogs'bla bla
commenter cet article